La qualité de l'air est désormais plus explicite pour toute la Martinique

pollution
Brume-Madininair
©MartiniqueLA1ere Madininair

Dans le jeu des 7 familles "qualité de l'air proposée par Madininair, 6 adjectifs remplacent 10 chiffres : bon, moyen, dégradé, mauvais, très mauvais et extrêmement mauvais depuis (lundi 18 janvier 2021). Et surtout, les 34 communes de l'île auront cette information. 

Jusqu’à présent, l’indice ATMO (indicateur journalier de la qualité de l'air) était calculé pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants (agglomération Fort-de-France/Lamentin/Schoelcher).

Le changement majeur du nouvel indice Atmo est d’informer sur la qualité de l’air dans les 34 communes de l’île.

Depuis (lundi 18 janvier 2021) les martiniquais peuvent connaître l’état de la qualité de l’air près de chez eux, à l’échelle de leur commune avec Madininair.

Prise en compte des particules inférieures à 2,5 micromètres 

 

Autre nouveauté : les particules ultrafines (particules PM2.5, inférieures à 2.5 micromètres) seront prises en compte dans la prévision du "nouvel indice".

Ces particules PM2.5 représentent un fort enjeu sanitaire car elles sont plus fines et se logent plus profondément dans les fonctions respiratoires. Jusqu’à présent, l’indice de la qualité de l’air était calculé en prenant en compte 4 polluants : le dioxyde de soufre (SO2), le dioxyde d’azote (NO2), l’ozone (O3) et les particules fines PM10.

Déjà mesurées par certaines stations, les particules PM2.5 viendront donc faire partie intégrante du calcul de l’indice ATMO.

Un nouveau barème pour calculer l’indice de l’air

 

L’indice ATMO de chaque commune correspondra à une prévision reposant sur des modélisations quotidiennes intégrant les données mesurées dans les stations de Madininair, les sources de pollution, la topographie du territoire, la météo...

L’indice chiffré de 1 à 10, que les martiniquais avaient l’habitude de retrouver pour "noter" la qualité de l’air de l’agglomération foyalaise, sera remplacé par un adjectif qualificatif. Six qualificatifs seront utilisés pour caractériser l’air : Bon - Moyen - Dégradé- Mauvais - Très mauvais - Extrêmement mauvais.

Chaque adjectif sera associé à une couleur spécifique. Les indices seront représentés par la couleur de leur qualificatif.

Les seuils pour chaque qualificatif ont été abaissés pour être en corrélation avec les seuils européens. Le barème pour calculer le nouvel indice ATMO sera donc plus sévère.

Une information plus précise 

 

Les seuils et les qualificatifs du nouvel indice sont plus sévères que ceux de l’indice actuel. La notion d’air "très bon" (indices actuels 1 et 2) disparaît et une catégorie "extrêmement mauvais" apparaît.

Les changements des seuils sont particulièrement perceptibles pour l’ozone. En Martinique, avec le nouvel indice, ce polluant pourra être à l’origine d’un air "moyen", alors que jusqu’à présent ce polluant n’était jamais à l’origine d’un indice ATMO supérieur à 4 (air bon).

Les changements de seuils conduiront mécaniquement à une augmentation du nombre de jours indiquant une qualité de l’air "moyenne" à "très mauvaise", mais cela ne signifiera pas que la qualité de l’air se dégrade comparativement aux premiers jours de janvier 2021.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live