La Terre est entrée dans un cycle continu d’augmentation des températures

climat
Terre Chaleur
©>ken lecoq de pixabay
Sommes-nous en saison des pluies ou en saison sèche ? La perplexité est de mise, face à la forte chaleur ressentie en plein mois de septembre. Seulement, c’est la planète entière qui est concerné par ces températures élevées.
Il faut chaud, très chaud. Incompréhensible en hivernage, la saison des pluies. Nous aurions dit que nous sommes en carême, la saison sèche. Mais voilà, tout est normal. Ou plus précisément, tout s’explique par les dérèglements du climat. Des dysfonctionnements d’origine humaine parfaitement identifiés depuis plusieurs décennies.

Les incendies sans précédent de forêts entières en Californie et en Australie, la diminution de moitié de la banquise de l’océan Arctique au Pôle nord, la multiplication des ouragans ces dernières années et la canicule exceptionnelle en Europe en 2018 ont en commun l’augmentation des températures à la surface de la planète.

La pollution industrielle, les transports terrestres et aériens, l’agriculture intensive, l’urbanisation galopante sont à l’origine directe de rejets massifs de gaz carbonique et d’autres gaz nocifs dans l’atmosphère. La filtration du rayonnement solaire n’est plus assurée par la couche d’ozone.

En conséquence, les épisodes de cyclones et de sécheresse sont de plus en plus rapprochés, les feux de forêt de plus en plus fréquents et intenses, la fonte des glaciers de plus en plus spectaculaire. Les mers étant plus chaudes, leur niveau augmente et provoque la submersion des littoraux, là où vivent des populations contraintes de devenir des réfugiés climatiques.
 

Il fera de plus en plus chaud sur la planète


Inutile d’attendre que les températures baissent prochainement. Le climatologue américain Michael Mann dit précisément l’inverse dans le quotidien Le Monde du 23 septembre 2020.  Pour lui, avec le réchauffement continu du climat, la planète entière est entrée dans une ère de « nouvelle normalité ». Il estime que les régions tropicales deviendront inhabitables à la fin du siècle si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas réduites de manière drastique dans l’immédiat.

Selon cet expert, dans 50 ans, un habitant sur trois de la planète va vivre dans des endroits aussi chauds que le Sahara où la température atteint 50 degrés le midi. Le climatologue martiniquais Pascal Saffache ne cesse de répéter depuis vingt ans que nous devons penser aujourd’hui la relocalisation hors du littoral des activités et des habitants, dans tout l’archipel caraïbe.

Des solutions existent pour atténuer ou ralentir le réchauffement climatique. Par exemple, cesser d’utiliser les combustibles fossiles - le pétrole, le gaz naturel, le charbon. Ce qui implique de penser un autre modèle de développement à l’échelle de la planète. Seule la volonté politique nous permettra de modifier nos cadres de références. Et nous en sommes parfaitement conscients.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live