martinique
info locale

Mini-Transat : les premiers foncent vers la Martinique

voile
Mini-Transat 2019
ligne d'arrivée en vue pour les premiers concurrents ©Breschi Mini-Transat
La ligne d'arrivée de la Mini-Transat La boulangère est bientôt en vue pour les premiers. Avec respectivement 237 milles à parcourir pour François Jambou et 400 milles pour Ambrogio Beccaria, les deux hommes devraient rallier la marina du Marin, en grands vainqueurs, demain (jeudi 14).
L'alizé mollissant à l’approche de l’arc antillais complique les derniers milles des concurrents. Les derniers prévisions donnent une arrivée de François Jambou (865) jeudi soir en Martinique.

Sauf coup de théâtre, François Jambou file vers une éclatante victoire pour sa deuxième participation à la Mini-Transat La Boulangère. Axel Tréhin (945), 2e, est relégué à plus de 100 milles derrière, tandis que la lutte pour la 3e place est intense entre Erwan Le Méné (800) et Morten Bogacki (934) Si la première place semble acquise aussi en Serie pour pour Ambrogio Beccaria, ils sont encore nonbreux à prétendre aux autres marches du podium !

En Série, plusieurs concurrents se tiennent en 40 milles. Au dernier pointage ce sont toujours Benjamin Ferré (902) et Nicolas D’Estais (905) qui sont virtuellement deuxième et troisième.


Piperol dans le groupe de chasse


Le peloton de chasse n'est pas loin et plusieurs concurrents peuvent encore nourrir l’espoir d’une très belle place au Marin. Ce groupe est composé des coureurs classés de la 7e (Guillaume Quilfen) à la 15e place (Florian Quenot).
Keni Pipérol
Keni Pipérol sonne le renouveau de la filière course au large dans la région ©CapFB GGL
Le Guadeloupéen Keni Piperol est dans ce peloton il occupe la 13e place. Si les espoirs de podium semblent compromis, ces neufs marins se livrent une belle régate et ne lâchent rien.

La ville du Marin se prépare à accueillir les 82 bateaux en compétition. L'heure est aux derniers préparatifs de cet événement qui laisse espérer de belles retombées pour les commerçants.

(Re)voir le reportage de Sangha Fagour et Marc Balssa. 
Publicité