Montagne Pelée : au moins 65 séismes de type volcano-tectonique depuis le début de l'année

montagne
La montagne Pelée
La montagne Pelée vue de Saint-Pierre. ©Martinique la 1ère

L’activité sismique de la Montagne Pelée est en nette hausse affirme l'observatoire volcanologique et sismologique de Martinique. Les séismes ont été trop faibles pour être ressentis par la population. Mais les scientifiques estiment que le volcan ne devrait pas entrer en éruption sous peu.

La Montagne Pelée est passée en vigilance jaune, les scientifiques de l'observatoire volcanologique et sismologique de Martinique (OVSM) ont ainsi obtenu de nouvelles machines afin de surveiller le volcan.

Les chercheurs ont dressé vendredi 8 janvier 2021 un bilan hebdomadaire très précis. Ils affirment que "entre le 1er janvier 2021, 16 heures TU (heure locale + 4h) et le 8 janvier 2021, 16 heures TU (heure locale + 4h), l’OVSM a enregistré́ au moins 65 séismes de type volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à 1".

Cette hausse de la sismicité serait due à des signaux de hautes fréquences auxquels s’ajoutent des micros-fracturations.

Depuis le début de l’année, l’OVSM a relevé 249 signaux sismiques de type longue période qui ont surtout eu lieu à deux moments, entre minuit et 2 heures le 3 janvier et entre 21h le 3 janvier et 2h le 4 janvier.

Les chercheurs ont également enregistré 2 séismes isolés de type longue période.

Pas de risque d'éruption

 

Si les séismes sont plus nombreux depuis le début de l’année, aucun n’a été ressenti par la population.

Cette augmentation est normale quand le volcan entre en "phase de réactivation volcanique". La Montagne Pelée est entrée dans cette phase depuis avril 2019. Les scientifiques affirment que "la sismicité́ d’origine volcanique reste cependant clairement au-dessus du niveau de base moyen enregistré".

L’auteur du rapport précise qu’il s’agit "clairement d’une perturbation du système hydrothermal (zone à l’intérieur de l’édifice volcanique d’interaction entre les gaz et fluides magmatiques chauds, l’eau de pluie infiltrée et la roche) probablement engendrée par la circulation de fluides chauds et pressurisés d’origine hydrothermale et/ou magmatique".

Si la Montagne Pelée présente des signes d'activités supplémentaires, les scientifiques écartent cependant, la possibilité d’une éruption à court terme.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live