La pâtisserie martiniquaise en quête de main-d'œuvre qualifiée

entreprises
Apprenti patissier au travail
©MV
Des stagiaires martiniquais ont été formés à la pâtisserie en Martinique et à Chartres, pour répondre à la demande des boulangers et pâtissiers de Martinique et aux exigence des clients.
Les boulangers et pâtissiers de Martinique sont en quête de main-d'œuvre qualifiée en pâtisserie fine. L'organisme en charge de la formation professionnelle pour le secteur de la boulangerie et de la pâtisserie (l'OPCO-EP : opérateur de compétences des Entreprises de Proximité qui regroupe 54 branches professionnelles), a fait ce constat à l'issue d'un sondage téléphonique auprès de ces professionnels.

La première partie de la formation s'est déroulée au CFA de Chartres (région Centre Val de Loire), l'un des centres les plus réputés de France. 

(Re)voir ce reportage avec les images d'Eddy Bellerose.
©Martinique la 1 ère
Dans un premier temps, une dizaine de professionnels martiniquais, âgés de 25 à 53 ans, a donc suivi des cours spécifiques autour de la boulangerie et de la pâtisserie fine à Chartres.

Ils sont ensuite revenus en entreprise, en Martinique, avant de parfaire leurs parcours au CFA de Rivière-Salée.

Trois d'entre eux, repérés pour leur savoir-faire, ont été rapidement recrutés avant de terminer leur formation.
Patisserie en préparation
©MV

"La passion et l'envie observées chez les stagiaires devraient faire tomber les dernières réticences, il y aura un suivi et un accompagnement pour tout le monde" affirme Véronique Tarquin, la  dirigeante d'Ymago, l'organisme de formation professionnelle chargé du placement des stagiaires.

 

Le secteur de la boulangerie-pâtisserie embauche 


Selon le syndicat de la profession, le secteur de la boulangerie-pâtisserie en Martinique recense environ 230 commerces. Chacune d'entre elles embaucherait une dizaine de personnes.

Actuellement, les enjeux pour le secteur sont de faire face à une demande de plus en plus exigeante des clients. Mais également de séduire les jeunes, car la profession a ses exigences : travailler en horaires décalés et très souvent le week-end. 
Gateau de patisserie
©MV
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live