publicité

Plusieurs hospitalisations à cause de la consommation de poissons touchés par la ciguatera

Ces derniers jours, plusieurs personnes ont dû consulter en urgence. Certaines d’entre elles auraient même été hospitalisées, à cause d’une intoxication alimentaire, suite à la consommation de poissons touchés par la ciguatera.

Liste des poissons dangereux à la consommation établie par l'ARS (Agence Régionale de Santé). © ARS
© ARS Liste des poissons dangereux à la consommation établie par l'ARS (Agence Régionale de Santé).
  • Par Guy Etienne
  • Publié le , mis à jour le
Les signes avant-coureurs sont très nombreux et apparaissent généralement entre 1H et 4 heures après le repas. Douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées, hypotension artérielle, troubles de la coordination et de l’équilibre, hallucinations, céphalées, vertiges, engourdissements, fourmillements (surtout au niveau des extrémités et du visage), ou encore des démangeaisons, des douleurs musculaires et de la fièvre.
 

À cause de certains poissons prédateurs


La ciguatera est une intoxication alimentaire provoquée par la consommation de certains poissons prédateurs, vivant à proximité ou dans les récifs coralliens abîmés et  contaminés par une toxine produite par une micro-algue présente dans ces récifs.
 
Une identification précise des espèces permet de limiter les risques d’intoxication. Aussi, il convient que chacun, (pêcheur ou consommateur), soit vigilant vis-à-vis des espèces pouvant présenter un risque, en particulier les pagres et les carangues.

Consultez son médecin rapidement et conservez les restes du plat incriminé au congélateur


• Les pêcheurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, doivent donc savoir reconnaître sans faute les différentes espèces vénéneuses, ou susceptibles de l’être, compte tenu de leur taille, afin de ne pas les mettre en vente.
 
• Les consommateurs de leurs côtés, doivent être vigilants sur l’origine du poisson qu’ils achètent chez les vendeurs itinérants.
 
• Quant aux professionnels de la restauration, ils ne doivent pas commercialiser les espèces suspectées.
 
Enfin, en cas de troubles digestifs ou autres après un repas, il convient de consulter son médecin rapidement et de conserver les restes du plat incriminé au congélateur, ce qui permettra par la suite d’effectuer des analyses, afin d’identifier l’origine de l’intoxication. 
À quel organisme déclarer un cas ?

Les suspicions d’intoxication liées à la ciguatera, même isolés, sont à déclarer à l’Agence Régionale de Santé (l’ARS) et à la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (la DAAF).

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play