Près de 70% de pertes cumulées pour l’hôtellerie martiniquaise et ses partenaires depuis 2019

tourisme
Images tourisme
Destination Martinique (images d'illustration) ©Comité Martiniquais du Tourisme

ZILEA, le cluster du tourisme en Martinique fait ses comptes avec ses membres. Jusqu’au 31 mars 2021, c’est "près de 70% de pertes cumulées depuis 2019" estiment les professionnels, à cause de l'épidémie de coronavirus.

Jusqu’au premier trimestre 2019, le secteur parle d’une "année normale, sans incident". Mais la saison d’après, à partir de mi-février 2020, "les perturbations ont commencé" avec le refoulement des croisiéristes observe le cluster, puis le confinement strict instauré quelques jours après, le 17 mars 2020.

Lueur d’espoir en janvier 2021

 

Depuis, la filière n’a pas arrêté de tirer la sonnette d’alarme jusqu’en janvier dernier, en dépit des aides gouvernementales.

Janvier 2021 a été satisfaisant, jusqu’à l’annonce de l’isolement de 7 jours comme mesure prophylactique.

La mise en place des motifs impérieux à partir du 04 février pour les passagers en provenance de la métropole puis de la Guadeloupe, nous a découragé.

(ZILEA)

 

Pour une année "normale", le 1er trimestre représente à lui seul environ 40% du Chiffre d’Affaires annuel selon les professionnels.

Des pertes cumulées

 

Dans l’hôtellerie, ce Chiffre d’Affaires est passé de 49 millions en 2019, à un eu plus de 41 millions d’euros en 2020, pour chuter à 15 millions depuis le début de cette année.

Actuellement, la Martinique compte 66 établissements de toutes tailles et 3352 chambres. Rien que pour les structures membres de ZILEA, c’est 69% de pertes de 2019 à 2021.

Notre étude porte sur 1886 chambres soit 56% de l’hôtellerie martiniquaise.

Nous avons donc fait une extrapolation tenant compte de nos chiffres collectés auprès de nos membres :

  • Ziléa - 19.061.931€ soit -69%
  • Total hôtellerie - 33.878.865€ 

(Philippe Lecuyer - président de ZILEA, cluster du tourisme en Martinique, ZILEA)

 

Jusqu’à -95% pour les agences de voyages

 

Concernant les agences de voyages, c’est sans aucun doute l’activité du secteur "la plus touchée" par la pandémie considère ZILEA. "La perte de CA frise les 90 à 95%".

Hall arrivée de l'aéroport de Martinique
Hall d’accueil des passagers de l'aéroport Aimé Césaire, au Lamentin en Martinique. ©Guy Etienne

Location de voitures : -66%

 

Sur 12 sociétés de location de voitures implantées à l’Aéroport Aimé Césaire et qui représentent environ 60% du parc en Martinique, c’est -12.754.173€ soit -66.36%.

(ZILEA)

 

Autres lieux...autres pertes

 

Les lieux accueillant du public touristique pour la détente, les loisirs sportifs ou culturels et certains établissements de la filière du spiritourisme, accusent le coup également. Sur 8 entreprises membres de ZILEA, l’écart est de -1.360.965€ soit -40.84% entre le premier trimestre 2019 et celui de 2021.

Un 2e trimestre dans le rouge

 

Le cluster reste pessimiste pour les mois à venir, en évaluant d’ores et déjà les pertes d’avril à juin 2021, à -62% pour l’hôtellerie, -71% pour la location de meublés de tourisme, -63% chez les loueurs de véhicules et -40% concernant les sites exceptionnels de visite et de spiritourisme.

Le spectre des motifs impérieux

 

On ne voit pas de rebond même avec quelques ponts favorables au mois de mai, tout cela parce que les mesures de restriction des voyages et les motifs impérieux ne seront pas à mon avis levés du fait que la vaccination ne sera pas suffisante pour garantir l'immunité collective, donc ce sera compliqué…

 

Alors après, peut être qu’en juillet et août on pourra faire quelques opérations, mais ce n’est pas à cette période que le Chiffre d'Affaires est florissant, donc cela va être extrêmement difficile.

(Philippe Lecuyer)