1988 : dissolution de l'Assemblée, Henry Jean Baptiste est réélu à Mayotte

histoire
Jean-Baptiste
Le Martiniquais Henry Jean-Baptiste décédé ce vendredi à l'âge de 85 ans ©La 1ère
Le premier mandat d'Henry Jean Baptiste ne va durer que deux ans. En 1988 les Français réélisent François Mitterrand à la présidence de la République contre son Premier ministre, Jacques Chirac.

L'écart entre les deux candidats est très important, le nouveau président va dissoudre l'Assemblée nationale pour tenter d'obtenir une majorité de députés. À Mayotte, les thèmes de la campagne des législatives sont la départementalisation et le développement.

Le mouvement populaire réinvestit HJB de l'Union Du Centre qui remporte les élections avec 58,20% devant le candidat du RPR Hassane Harouna, 38,31%. Le spectre du retour dans le giron comorien est quasi oublié. Lors de ces élections législatives à Mayotte, deux candidats éveillent la curiosité. Celle du Front National, Hamada Abdourahmane qui recueille 1,41% et celle d'Ali Boina 1,09%.

Rappelons qu'en 1986 Camille Béhava du PRDM, parti pour le rassemblement démocratique de Mayotte et Ali Boina avait dévoilé le projet TAM ou tam-tam pour ses détracteurs, Territoire autonome de Mayotte. Un projet qui avait été décrié et ses porteurs considérés comme étant des indépendantistes pros comoriens.

De toutes les façons toute candidature non départementaliste ne pouvait avoir aucune chance. Au niveau national les socialistes n'obtiennent qu'une majorité relève. François Mitterrand nomme Michel Rocard premier ministre. Un homme de consensus qui mette en place sa fameuse politique d'ouverture au centre. Même s'il jugera plus tard que l'administration de Mayotte par la France est illégale au regard du droit international, il ne va jamais contrarier ouvertement la volonté de la majorité des Mahorais.

Louis le Pensec, ministre des DOM-TOM d'Édith Cresson qui a succédé à Rocard à Matignon fait le département à Mayotte pour les 150 de rattachement à la France. En fait, les gouvernements socialistes n'ont pas vraiment entravé la marche de Mayotte la départementalisation, ni tenter de renvoyer l'île aux Comores indépendants.

Le député HJB mène la double bataille du développement et la départementalisation sans aucune opposition apparente. Le RPR local s'organise cependant et prépare les législatives suivantes avec un certain Mansour Kamardine, à suivre ; et un embryon de PS commence à battre son cœur, à suivre là aussi.