publicité

Sonnette d'alarme sur la crise financière à la Société Immobilière de Mayotte (SIM)

La société immobilière de Mayotte (SIM) en difficultés financières graves n’arrive plus à honorer les factures des entreprises dans les délais.
Le directeur général de la SIM, Mahamoud Azihary a réuni mercredi les artisans du BTP pour leur expliquer la situation sans langue de bois.

Mahamoud Azihary, Directeur général de la SIM © Emmanuel Tusevo
© Emmanuel Tusevo Mahamoud Azihary, Directeur général de la SIM
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le

 
Réunion d'artisans à la SIM © Emmanuel Tusevo
© Emmanuel Tusevo Réunion d'artisans à la SIM

La société immobilière de Mayotte , la SIM , connaît depuis plusieurs mois de graves difficultés financières qui font qu’elle n’arrive plus à honorer les factures des entreprises dans les cours délais qu’elle avait l’habitude de respecter.
Les acteurs économiques (banques et entreprises du BTP) s’interrogent.
Le directeur général de la SIM,  Mahamoud Azihary a expliqué la situation aux artisans du BTP sans langue de bois.

Mahamoud Azihary , le directeur général de la SIM, a rappelé que son entreprise a été marquée par une période de fort développement entre sa création et la fin des années 80 avec la construction de milliers de cases SIM et de plusieurs centaines de logements locatifs  travers Mayotte.

« Cette période de fort développement avait permis à des milliers de familles de se loger et à des centaines de familles, notamment d’artisans, d’avoir des revenus à travers l’ activité de construction …
Entre la fin des années 90 et la première moitié des années 2000 la SIM a traversé une période d’instabilité organisationnelle et de crise opérationnelle qui ont failli l’ amener à la liquidation. Puis, elle a connu une phase de redressement de 2006 à 2008 et une relance de ses activités opérationnelles à partir de 2009 malgré l’insuffisance des dispositifs en place. », a expliqué Mahamoud Azihary.
© Emmanuel Tusevo
© Emmanuel Tusevo

 La SIM et le programme MayDev' 2012

Il a ajouté qu’en février 2012, la SIM a organisé MayDev’2012 pour inciter tous les acteurs tournant autour de l’activité de l’aménagement et de la construction (entreprises de construction, fournisseurs de matériaux, architectes, bureaux d’études, banques…) à s’organiser pour faire face à l’ambitieux programme de développement qu’elle estimait à plusieurs centaines de millions d’euros.

Le directeur général de la SIM a précisé qu’avec la loi LODEOM promulguée en mai 2009 et l’ autorisation donnée par décret à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) en novembre 2010 de consentir des prêts à la SIM et malgré l’ insuffisance criante de l’ aménagement, la SIM a élaboré des dizaines d’opérations dont certaines ont été livrées à ce jour, certaines encore en chantiers et d’autres en étude de maitrîse d’œuvre.

Des prêts de l' AFD et de la CDC bloqués au niveau du ministère des finances

Après avoir brossé différents systèmes de fonctionnement et de financement de la SIM, le directeur général Mahamoud Azihary a annoncé que des dizaines de millions de prêts demandées à l’ AFD et à la CDC sont à ce jour bloqués  alors que plusieurs opérations de logements ont été mises en chantiers par anticipation vis-à-vis de la longueur des délais d’instruction  à Paris où les dossiers de la SIM sont traités contrairement aux autres DOM qui bénéficient d’une instruction locale plus rapide et plus flexible.

© Emmanuel Tusevo
« Il se trouve que la SIM est dans de graves difficultés financières…non pas que la SIM ne fonctionne pas bien, elle fonctionne exactement comme avant mais il se trouve que nous avons lancé beaucoup de logements en chantier en attendant que des financements se débloquent et ces financements ont été bloqués quelque part.
Nous sommes arrivés  à un point où nous n’arrivons plus à payer les entreprises et c’est d’autant plus grave maintenant qu’on est pendant le mois de Ramadan et l’Ide El Fitr va arriver dans quelques jours…
Beaucoup d’entreprises sont très inquiètes. Elles arrivent une à une  la SIM demander des explications et par respect pour  elles et par respect pour ce mois de Ramadan, je les ai conviées pour leur expliquer exactement ce qui se passe…L’argent est bloqué au niveau des banques, au niveau des admistrations du ministère des finances. Tous les blocages se trouvent là bas », a indiqué Mahamoud Azihary.

 La SIM , un outil précieux pour le développement de Mayotte

Il a dénoncé des groupes d’intérêt qui mettraient des bâtons dans les roues de la SIM, poumon économique de Mayotte.

« Il est encore temps de déconnecter les intérêts privés de type françafricain des intérêts généraux liés au développement économique et social de Mayotte. Sans cette condition, Mayotte ne connaîtra jamais un vrai développement économique…
.L’outil qu’est la SIM est devenu trop précieux pour le développement de Mayotte pour ne plus être lié à des enjeux de personnes… ce serait dommage que la SIM fasse les frais d’une guerre d’égos et d’ambitions bizarres, avec les conséquences que nous connaissons aujourd’hui, en particulier pendant ce mois sacré du ramadan. », a dit aussi  le directeur général de la SIM,

 Deux anciens préfets de Mayotte ont tenté d'évincer Mahamoud Azihary

 Après plusieurs années d'un travail qui s'apparente à un vrai sacrifice , Mahamoud Azihary.a affirmé que " si jamais , par hasard , l' objectif de certaines personnes était de  mettre fin à son mandat à la tête de la SIM après les tentatives des anciens préfets de Mayotte Denis Robin et Thomas Degos, il accueillerait avec sérénité et plaisir la nouvelle de son remplacement par quelqu'un de plus compétent et de plus soucieux que lui  des intérêts de la SIM et de Mayotte."


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play