mayotte
info locale

L'actualité régionale 14 Octobre

vos rendez-vous
La côte Ouest de La Réunion vu de l'océan Indien
Vu (mercredi 2 octobre 2019) depuis la côte au larges de Saint-Gilles à la recherche de dauphins ©Julien Guerra
COMORES

Un jeune comorien est mort tué à coup de couteau ce week-end à Paris


Cela s’est passé dans la nuit de vendredi à samedi dans le 19ème arrondissement de Paris. Le jeune Abderrahmane, 19 ans, originaire de Grande Comore, est mort à la suite d’une bagarre pour une raison que les enquêteurs n’ont pas encore pu élucider. Il a été laissé sur le trottoir. Trois de ses amis ont été placés en garde à vue. Tous sortaient d’un appartement où logaient deux prostituées.



LA REUNION

Les intercommunalités mettent en commun leurs moyens pour traquer les atteintes à l’environnement


Des brigades de policiers municipaux sont constituées pour sévir contre ceux que l’on appelle, à la Réunion, les « band’ cochons », ceux qui continuent à jeter des ordures n’importe où, ou à ne pas respecter les mesures de tri sélectif. Les amendes pleuvent, elles vont de 35 à 1 500 euros selon la gravité des faits. Depuis l’année dernière, l’interco du sud, qui semble être la plus active et la plus répressive, a verbalisé plus de 1 300 personnes. Le responsable de l’environnement de la « Civis », l’interco du sud, dit que « l'accueil du public est plutôt favorable car les gens en ont marre des dégradations environnementales commises par certains individus ».




MAURICE

Facebook est devenu en champ de bataille pour les législatives mauriciennes ; la police surveille de près le réseau social, où l’on craint de nombreux dérapages


Une unité spéciale de la police mauricienne, la « Cyber Crime Unit » organise des « patrouilles » 24 heures sur 24 sur Facebook. Pas besoin de chausser des rangers et de s’équiper de lampes torches, les « patrouilles » se font au bureau devant les écrans. Depuis l’annonce de la campagne électorale en vue du scrutin du 7 novembre ; plus de 300 faux profils Facebook ont été créés. Les autorités craignent qu’ils soient utilisés pour disséminer de fausses nouvelles, de la diffamation, de la manipulation pouvant troubler l’ordre public. Un appel est lancé aux internautes de se méfier des « demandes d’amis » émanant de gens qu’ils ne connaissent pas.  Le phénomène de l’intoxication électorale  de masse via les réseaux sociaux est un problème désormais mondial.





MADAGASCAR

L’éternel chantier de reconstruction du palais de la Reine à Antananarivo va bénéficier de bois précieux interdits


Pour refaire la charpente à l’identique, il faut 350 m3 de palissandre. Or son exploitation est désormais interdite en attendant que Madagascar se mette au diapason de la Convention Internationale sur les espèces menacées d’extinction. Le ministère de la culture a trouvé une solution simple pour contourner le problème : il va utiliser le bois saisi sur les trafiquants par les services  de protection de l’environnement. Il y a là du palissandre, du bois de rose, et autres espèces rares en quantité suffisante. La réhabilitation du Rova,  le Palais de la Reine, est un chantier qui n’en finit plus depuis l’incendie de 1995. C’est une des promesses du président Andry Rajoelina.



TANZANIE

Le président de la République vole au secours des hippopotames


L’autorité qui gère les parcs naturels en Tanzanie a pris récemment  une décision paradoxale : Elle veut éliminer une cinquantaine d’hippopotames qui menacent les vies humaines dans les villages autour du parc Katavi, au sud-ouest du pays. A cause du manque d’eau, les hippopotames s’approchent des zones agricoles et des habitations. Contrairement à l’image véhiculée par les dessins animés, il n’y a pas de gentil petit hippopotame, c’est l’un des animaux sauvages les plus dangereux.
Mais le président tanzanien John Magufuli ne veut pas de cette solution radicale. « Ne tuez pas les hippopotames » a-t-il ordonné aux responsables de l’environnement, « s’ils manquent d’eau apportez leur de l’eau ».
C’est désormais un casse-tête pour l’administration des parcs naturels : comment apporter de l’eau aux hippopotames, alors que les villageois et agriculteurs manquent d’eau.
Mais en Tanzanie, un ordre présidentiel ne se discute pas.
 
Publicité