publicité

L'actualité régionale 18 Septembre: rentrée scolaire difficile aux Comores

© Trip Advisor
© Trip Advisor
  • Par Bruno Minas
  • Publié le
COMORES

La rentrée scolaire s’annonce difficile cette semaine; les enseignants rechignent à reprendre le travail sans être payés


De nombreux instituteurs et professeurs disent cumuler jusqu’à  3 mois de salaires impayés. Leur syndicat a décidé de ne pas assurer la rentrée tant que ce ne sera pas réglé. La rentrée des élèves est prévue pour ce jeudi. Celle des enseignants était en principe ce lundi ;  mais, par exemple, au Lycée Mohamed Cheick de Moroni il n’y avait personne. Outre le rattrapage des retards de salaires, les enseignants demandent à pouvoir bénéficier de leur retraite pleine, car souvent quand ils partent à la retraite, ils doivent débourser eux même la part patronale de cotisation que l’Etat n’a pas payé afin de pouvoir se faire verser leurs pensions.



Tout est bien qui finit bien pour l’épouse du ministre comorien des transports, elle a finalement été autorisée à entrer en France

Après des heures en zone d’attente à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, Mme Sarouma a été autorisée à entrer en France malgré les conditions douteuses d’utilisation de son passeport diplomatique. Il comportait une date antérieure d’entrée en France mais pas de visa de sortie correspondant à cette entrée. Elle avait elle-même expliqué qu’elle n’avait pas voyagé vers la France à cette date-là ; ce qui pouvait signifier que son passeport avait été utilisé frauduleusement par une autre personne qui n’avait pas quitté le territoire français. Malgré cela, les autorités l’ont tout de même autorisée à entrer. Elle était accompagnée de ses enfants.
Cette affaire a fait des remous au plus haut sommet de l’Etat comorien. L’utilisation abusive des passeports diplomatiques, et parfois même des trafics de vente de visa avec usurpation d’identité ont souvent défrayé la chronique aux Comores.




MADAGASCAR

Trois policiers malgaches travaillant au service des passeports se sont fait piéger via Facebook


Une internaute a discrètement filmé avec son téléphone portable l’activité aux guichets du service des passeports en plein centre d’Antananarivo. La plupart des usagers y passent des heures à attendre que l’on veuille bien s’occuper d’eux. Quand ils se plaignent, ils se font brutalement rembarrer, voire insulter, par les policiers. Tout cela apparait clairement sur la vidéo. On y voit aussi que tout le monde n’est pas logé à la même enseigne : certains ont un traitement de faveur, passent devant les autres, moyennant des dons aux fonctionnaires de service. Après la publication sur Facebook, l’administration a été obligée de réagir. Trois policiers ont été mutés illico dans une autre activité moins plaisante : ils géreront désormais la circulation sur les carrefours encombrés de la capitale. Mais certains font remarquer que cela ne les mets pas nécessairement à l’abri des tentations de corruption




MOZAMBIQUE

Une cérémonie funéraire  s’est très mal terminée pour 87 participants, tous gravement malades après une intoxication alimentaire


Un petit dispensaire de la province d’Inhambane au nord de Maputo a été littéralement envahi de malades tous arrivés en même temps. 87 personnes, hommes femmes et enfants avaient partagé le même repas à l’issue d’un enterrement. Tous souffrent de violents maux de ventre, de fièvre et de diarrhée. Plus de quarante sont dans un état grave. Il a fallu monter des tentes pour les soigner à l’écart du dispensaire par crainte de contagion. On ne connait pas encore l’origine de cet empoisonnement collectif ; ils avaient tous mangé du riz et du poisson. Des analyses sont en cours pour trouver la bactérie responsable de cette intoxication à grande échelle.




MAURICE

Les petits commerces ont encore de beaux jours devant eux à l’île Maurice : 8 Mauriciens sur 10 continuent de les fréquenter


Les grandes surfaces ont eu beau pousser comme des champignons ces dernières années, une grande majorité des Mauriciens continuent de fréquenter les « tabagies »… On appelle comme cela les petites épiceries qui vendent des cigarettes certes, mais beaucoup d’alimentation et d’autres articles nécessaires dans la vie de tous les jours. Un sondage a été réalisé sur 1000 consommateurs. Il montre que les jeunes de 18 à 29 ans sont ceux qui fréquentent le plus les petits commerces. En revanche, les catégories les plus aisées, les cadres, ont de plus en plus tendance à aller dans les grandes surfaces. C’est un peu paradoxal car les produits sont plus chers dans les petites boutiques ; mais cela s’explique : il n’y a pas besoin de moyen de transport pour aller à la tabagie du coin, et on peut plus facilement s’arranger avec l’épicier qu’avec une caissière d’hypermarché.


 
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.
Cela ne vous prendra que quelques minutes.

Je participe à l'enquête