L'actualité régionale 5 Décembre

vos rendez-vous
Madagascar îles
COMORES

Des femmes et un journaliste devant la justice pour participation à une manifestation non autorisée


Samedi dernier, un groupe de femmes réunies dans un hôtel de Moroni ont pris la rue pour dénoncer ce qu’elles appellent la « dictature d’Azali ». Plusieurs d’entre elles ont été arrêtées après la dispersion de la manifestation. Un journaliste a été également été arrêté : Oubeid Mchangama, de la radio communément appelée Facebook FM. Il est déjà un habitué de la prison de Moroni où il avait séjourné pendant la campagne électorale. Le procureur lui reproche un trouble à l’ordre public et une  participation à une manifestation non autorisée. Lui explique qu’il était en train de couvrir cette manifestation et non pas en train de manifester.
L’audience aura lieu samedi prochain 7 décembre.




MADAGASCAR – Ile Sainte-Marie

Habituellement il ne se passe pas grand-chose dans cette île tranquille vouée au tourisme. Mais là, des saint-mariens furieux ont mis le feu au commissariat de police


L’affaire a commencé il y a deux semaines, mais les nouvelles ne vont pas vite, et le conditionnel s’impose tant les rumeurs sont monnaie courante à Ste Marie. A l’origine il y aurait eu un meurtre. La victime, une jeune femme de 27 ans, aurait eu le temps  - avant de mourir – de décrire le meurtrier. Un homme blanc, avec des cheveux longs et une barbe. La population s’est mise à le chercher partout ; et la rumeur a dit qu’il se trouvait dans les locaux de la police. L’origine de la rumeur, on la connait, c’est une radio locale. Les habitants furieux ont exigé de fouiller le commissariat, ils l’ont fait. Ils n’ont trouvé personne. Mais un enfant a dit qu’il l’avait vu entrer. La colère est montée encore, un feu a été allumé, et tout le commissariat est parti en fumée. Les forces de l’ordre ont tiré des coups de feu en l’air pour disperser les émeutiers. Deux agents ont été blessés par des jets de pierre et une dizaine de personnes arrêtées. Un général de gendarmerie a été envoyé sur place pour rétablir l’ordre et pour essayer de démêler le vrai du faux dans cette sombre histoire.




SEYCHELLES

Ce n’est pas une crise diplomatique, mais il y a un malaise entre la France et les Seychelles. La France vient d’inscrire les Seychelles sur la liste noire des paradis fiscaux


La décision a été prise par Bercy car les Seychelles n’ont pas donné suffisamment d’indications sur certaines entreprises françaises qui y ont placé des capitaux. La décision est justifiée par l’ambassadeur de France, il considère que les informations données par les seychellois sont insuffisantes. Même le ministre des comptes publics, Gerald Darmanin, a déclaré que les îles "ne coopèrent pas assez en matière de transparence financière".
A l’origine, il y a l’affaire des  « Panama Papers » qui ont conduit à une enquête poussée des services fiscaux français. 15% des auteurs d’évasion fiscale ont placé de l’argent aux Seychelles. Le ministre des Finances des Seychelles a qualifié la décision d’ "hostile, regrettable et décevante" et a indiqué que cela aurait un impact négatif sur l'économie des Seychelles.




MAURICE

C’est ce que l’on appelle une boulette, une passeuse de drogue sud-africaine peu expérimentée et maladroite a été arrêtée à l’aéroport de Maurice. Elle a laissé tomber par terre …une  boulette d’héroïne


Cette  charmante blonde de 46 ans avait tout d’une touriste venue profiter des plages mauriciennes. Elle venait de débarquer d’un vol de Johannesburg. Elle avait passé les contrôles de police et de douane sans problème quand en rassemblant ses affaires elle a fait tomber quelque chose. « Pardon Madame, vous avez perdu ceci ». Le policier prévenant n’en a pas cru ses yeux en ramassant une boulette d’héroine. Une qu’elle n’avait sans doute pas pu avaler avant de voyager. La trafiquante maladroite a été conduite à l’hôpital où elle a purgé 20 boulettes d’héroïne quelle transportait dans son estomac. Entre temps elle en avait donné 12 autres aux policiers, elles étaient cachées dans ses parties intimes. Au total 362 grammes de drogue. Elle risque de rester longtemps en prison.
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live