Wutadjiri : la barrière interne

wutadjiri bouéni
Il n’existe que très peu de barrières coralliennes internes dans le monde. C’est une exception géologique que possède Mayotte. ©Mayotte la 1ere
Il n’existe que très peu de barrières coralliennes internes dans le monde. C’est une exception géologique que possède Mayotte.

Les barrières internes sont des structures géologiques sous-marines extrêmement rares dans le monde. On en rencontre au Fidji et en Nouvelle-Calédonie. A Mayotte, une barrière interne se situe dans le sud-ouest de notre lagon et s’étend du village de M’Bouini jusqu’au village de Bouéni sur une longueur totale de 18 km. Elle comprend les récifs coralliens de Rani, Lepoe, Bandrakouni, Randrakouni et Mtiti. A l’image de la grande barrière de corail, elle est composée d’une pente interne douce et sablonneuse, et d’une pente externe verticale et riche en coraux. Des passes permettent également de la traverser. La présence de cette barrière interne unique rajoute une part importante de richesse à notre si beau lagon de Mayotte.

Raïma Fadhul

Wutadjiri : la barrière interne
Wutadjiri : la barrière interne ©Mayotte la 1ere

Située au large entre M’Bouini et Boueni, la barrière interne de Mayotte est non seulement un atout géologique mais également un atout environnemental marin. Elle héberge en effet de très nombreuses formes de vies sous-marines, que ce soit au niveau des espèces de coraux que de celles des poissons.

C’est donc tout naturellement que Wutadjiri s’est penché sur cette particularité exceptionnelle.