L'actualité régionale 28 Mai

océan indien
Moroni
©Youssouf Ibrahim

COMORES

Alors que l’opposition a raté sa mobilisation, le président Azali a prononcé un discours à la nation à la tonalité très consensuelle

Mercredi 26 mai, pendant que les opposants cherchaient vainement à mobiliser, le président Azali a saisi l’occasion du deuxième anniversaire de sa dernière élection pour un grand discours prononcé dans son palais. Le maître mot est toujours le même : l’émergence. Azali promet que le pays sortira du sous-développement en 2030. Il a abordé aussi la justice, promettant une plus grande sévérité contre les violeurs et les assassins d’enfants, référence à un fait divers dramatique de ces dernières semaines. Et puis, plus nouveau dans la bouche du chef d’Etat comorien : des félicitations adressées à l’opposition : « je voudrais saluer la mise en place de l’union de l’opposition » a-t-il dit, réitérant la « disponibilité du gouvernement pour le dialogue ». Il n’en reste pas moins que toutes les manifestations de l’opposition, quand bien même félicitée, demeurent interdites.

 

MADAGASCAR

Madagascar et l’Union Européenne ont repris hier les négociations pour renouveler un accord de pêche ; cela fait trois ans qu’ils n’arrivent pas à s’entendre

Le dernier accord entre Madagascar et l’UE a tenu quatre ans, de 2014 à 2018. Les malgaches ont jugé que les bateaux européens pêchaient beaucoup et rapportaient peu au pays en termes de redevance. Depuis 2018 les négociateurs n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les quotas, les taxes, le nombre des navires, et les zones maritimes autorisées. Pendant que ça pinaille beaucoup entre européens et malgaches, des navires chinois s’en donnent à cœur joie en vertu d’accords qui sont, eux, plutôt opaques. Des chalutiers chinois raclent littéralement les fonds jusque tout près des côtes, au détriment des petits pêcheurs artisanaux malgaches dont les prises sont de plus en plus maigres. Ils ne sont pas les seuls, il y a aussi des palangriers du Japon, de Taïwan, de Corée du Sud. Les écologistes commencent à s’inquiéter pour la survie des écosystèmes marins de Madagascar.

 

 

SEYCHELLES

Les meurtres sont très rare aux Seychelles, le dernier en date concerne un couple de touristes, le meurtrier présumé est français

C’est une étrange affaire qui a pour cadre la splendide île Ste Anne. Un paradis de plages de sable blanc, une colline verdoyante, beaucoup d’arbres… Et pendue à un de ces arbres : une cliente du Club Med. Elle avait 32 ans, française, arrivée quelques jours plus tôt avec son conjoint. Les enquêteurs ne croient pas à un suicide. On ne sait encore rien de l’instruction en cours et des éventuelles preuves ou du mobile. Le petit ami, âgé de 34 ans, a été conduit à la prison de Victoria, la capitale. Il sera jugé pour meurtre et encourt la perpétuité… qu’il ne purgerait certainement pas au Club Med.

 

 

MAURICE

Les enfants et les  parents d’élèves mauriciens étaient hier en ébullition car on a donné les résultats du certificat d’études. C’est une affaire très sérieuse à l’île Maurice

Dans le système scolaire français, le certificat d’études est tombé aux oubliettes depuis très longtemps, alors qu’à  Maurice le « Primary School Achievement Certificate » est un véritable examen sélectif. Il est déterminant pour être affecté dans les meilleurs collèges pour la suite de la scolarité. Les enfants travaillent beaucoup pour obtenir les meilleures notes. La palette des épreuves est large : il y a le français, l’anglais, l’histoire géo, les maths, les sciences naturelles. Et puis il y aussi un nombre impressionnant de langues régionales en option : l’Hindi, l’Urdu, le Tamoul, le Marathi, le Télégou, le Mandarin, l’Arabe et le Créole mauricien ! Les résultats de l’année sont plutôt bons, plus de 80% de réussite, malgré des enseignements perturbés par l’épidémie et les confinements. Comme d’habitude, et comme partout dans le monde, ce sont les filles qui sont les mieux notées.