L'excès d'eau en manganèse ne se résoudra pas tout de suite

consommation koungou
SMAE
La SMAE joue la prudence quant à la qualité de l'eau du robinet. Une mauvaise qualité due à un excès de manganèse qui ne plaît pas à la population. ©PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
Depuis vendredi, la Mahoraise des eaux, producteur et distributeur de l'eau potable à Mayotte a déconseillé la consommation de l'eau du robinet pour les enfants de 0 à 4 ans. Un excès de manganèse est en cause. Une difficulté supplémentaire dans l'approvisionnement en eau qui excède la population.

"Le manganèse est présent naturellement dans l'eau." Françoise Fournial, directrice de la SMAE (Société mahoraise des eaux) tente de rassurer le public. Pourtant, un communiqué de sa société envoyé vendredi informe les habitants des communes de Koungou, Mamoudzou, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi de ne pas faire consommer l'eau du robinet aux enfants âgés de 0 à 4 ans. En effet, la SMAE a remarqué lors d'autocontrôles que la teneur en manganèse de l'eau sortant de la retenue collinaire de Dzoumogné était plus élevée que la norme réglementaire (parfois jusqu'à 300 microgrammes/l au lieu de 50 microgrammes/l). Par précaution, l'ARS a demandé à la SMAE de faire cette recommandation concernant les enfants. Des troubles neurologiques et de développement sont craints pour les plus petits âgés de 0 à 4 ans.

Enfant au robinet
L'eau du robinet est déconseillée pour les enfants de 0 à 4 ans dans une zone habitée par près de 130 000 habitants soit presque 50 % de la population mahoraise comprenant les communes de Mamoudzou, Koungou et la Petite Terre.

Il n'y a pas d'études cliniques qui définit clairement le danger de l'excès de manganèse dans l'eau. Mais il y a des effets sur les jeunes enfants. Par mesure de précaution, nous demandons donc qu'ils ne consomment pas l'eau du robinet.

Françoise Fournial, directrice de la SMAE

 

Des algues suspectées d'être à l'origine de l'excès de manganèse

L'origine de l'excès de manganèse n'a pas été identifiée. Des analyses sont en cours. Mais la SMAE suspecte que les algues présentes dans la retenue collinaire de Dzoumogné augmentent la consommation d'oxygène et provoque la dissolution du manganèse dans l'eau. C'est la première année que le phénomène est observé. Et l'eau sortant de Dzoumogné est traitée à Bouyouni. Mais l'usine de traitement d'eau potable n'a pas de système de traitement du manganèse. Par conséquent, la résolution du problème ne sera pas immédiate.

Le point sur les taux de remplissage des retenues collinaires
La SMAE a fait des tests en transférant de l'eau de la retenue collinaire de Combani vers celle de Dzoumogné pour diluer le manganèse. ©Géraldine LOUIS

 

Le SMEAM doit investir pour traiter le manganèse à Bouyouni

En effet, pour faire baisser le taux de manganèse, la SMAE compte proposer au SMEAM (Syndicat miste d'eau d'assainissement de Mayotte) d'investir à Bouyouni pour équiper l'usine de traitement d'eau potable d'un système de filtration. Au vu des finances déficitaires du syndicat, cela ne sera pas facile. Dans l'immédiat, la SMAE espère beaucoup de pluie à Dzoumogné pour diluer le manganèse dans l'eau. Et un transfert d'eau depuis Combani a été réalisé vers Dzoumogné justement pour tenter de diluer le manganèse. Mais cela n'a pas suffit. Il faudra donc faire avec les conditions actuelles. La SMAE assure que l'eau n'est pas dangereuse pour la consommation des plus de 4 ans. Et elle a placé des citernes dans 5 localités pour s'approvisioner.

Eau en bouteille
L'eau en bouteille est difficile à trouver dans les magasins en ce moment. ©Martinique la 1ère

Mais ces conditions exaspèrent les Mahorais qui n'ont plus confiance à l'eau du robinet. Par conséquent, ceux qui en ont les moyens se ruent sur les bouteilles d'eau en magasin. Des bouteilles qui se font rares et qui pèsent sur le budget des familles. Et qui pour certains devraient être distribuées aux familles par la SMAE ou le SMEAM