Match de football à huis clos

football
Match de football à huis clos
©hachim SAID HACHIM
Association des Jeunes de M’tsahara-Pamandzi Sporting Club, c’est l’une des rencontres des quarts de finale de la coupe de France Régionale. Un match qui devait se jouer à huis clos. Mais les supporters des 2 clubs ont fait le déplacement pour encourager leur équipe.
« OH ! oh ! oh ! tonton ! »  Mouhamadi, en charge de la sécurité interpelle un supporter qui tente de se rendre au terrain de football. « Fais un effort » lui demande le supporter. « Non, non pas d’effort là, lui répond Mouhamadi, le match est à huis clos je ne peux rien faire ».
Match de football à huis clos
Mouhamadi et son collègue surveillent les abords des stades ©Géraldine LOUIS
« Mais tu ne m’as pas vu » ! insiste le supporter. « Mais si je t’ai vu, allé... ! » le refoule Mouhamadi en pointant la colline du doigt. L’homme éclate de rire et s’en va par un chemin dans la forêt. Il regardera la rencontre, plus haut sur la colline. « Les supporters sont partout, ils sortent de la forêt … moi je suis là pour les stopper, pour éviter qu’ils restent aux abords du terrain. Je suis là depuis midi, ce n’est pas facile mais on essaie de gérer » explique Mouhamadi.
Pourtant, les dirigeants de l’AJM'tsahara avaient anticipé. « On a mis des affiches partout autour du stade, on a envoyé des informations à la population afin qu’elle n’assiste pas au match car c’est un match à huis clos. Mais on se doutait bien que cette consigne ne serait pas respectée. Il y a déjà du monde autour du stade avant même le début de la rencontre. Mais on va veiller à ce que chacun porte un masque » assure Anafi Malala Référent Covid de l’équipe de M’tsahara.
Match de football à huis clos
Ozil et ses amis assistent à l'échauffement des bleus du PSC. ©Hachim SAID HACHIM
Parmi les supporters, il y a Ozil, un jeune homme d’une vingtaine d'année. « Je suis venu de Pamandzi pour soutenir mon équipe. Je tenais à être là physiquement pour les encourager malgré les mesures sanitaires. »
Match de football à huis clos
Soilhé se prépare à retransmettre le match en direct ©Géraldine LOUIS

Non loin de là, en aval, Soilhé est équipé d’un smartphone et d’un trépied. « On va retransmettre le match en direct pour nos fans. Puisque le match est à huis clos, les gens ne peuvent pas se déplacer. C’est une solution pour éviter que les gens ne se déplacent mais il y a des gens qui n’ont pas internet alors ce n’est pas la solution la plus efficace » regrette le secrétaire général du PSC.

« On joue pour décompresser, c’est une sorte de remède, qui nous permet de trouver un certain équilibre. On est obligé de jouer comme on est obligé de s’adapter à cette crise sanitaire »

Maoulida Ousseni Zakaria trésorier AJM

Match de football à huis clos
Les spectateurs arrivent en masse au coup d'envoi ©Hachim SAID HACHIM
Le coup d’envoi, agit comme un signal, les supporters affluent encore plus nombreux.  Mouhamadi, en charge de la sécurité est sur lequi-vive.  « Il y a la forêt derrière, donc la zone est très vaste, on ne peut pas tout sécuriser. Ce n’est pas facile le huis clos vu la configuration du terrain, mais on essaye de faire le maximum, on aime le sport, vive le sport ! clame le bénévole qui fait contre mauvaise fortune bon cœur.

« Nous on a envie de jouer. Maintenant, il faut mettre les conditions en place afin que les matchs se jouent à huis clos. »

Nasser Chadouli dirigeant du Pamandzi Sporting Club

La semaine dernière lors des 8eme de finale, des scènes de liesses ont eu lieu à la fin de certaines rencontres. Réprimandés par la Préfecture, les clubs sont sommés de faire respecter l’interdiction de présence d’un public. « On a eu des débordements à la fin du match. Mais il faut le rappeler, on est une équipe de de Régional 3. A la fin du match, il y a eu tous les supporters qui sont entrés dans le stade. Mais aujourd’hui on va essayer de contenir les gens si une telle situation venait à se reproduire. » affirme Anafi Malala, référent Covid de l’équipe de M’tsahara.
Match de football à huis clos
Les supporters sont absorbés par le match ©Hachim SAID HACHIM

Pour l’équipe de petite terre, compliqué également d’empêcher l’entrée des supporters dans l’enceinte du complexe sportif de Pamandzi. « Le club avait mobilisé une trentaine de jeunes pour sécuriser le stade et la mairie avait fourni 15 policiers municipaux. Les moyens étaient là mais il y a quelques supporters qui ont pu pénétrer dans le stade. Ce que je trouve dommage c’est qu’on avait sollicité les gendarmes pour la sécurité mais ils sont juste passé, ils ne sont pas restés pour nous aider »se désole Nasser Chadouli dirigeant du Pamandzi Sporting Club

Dans ces conditions, êtes-vous en faveur des matchs à huis clos ? « De toute façon, on n’a pas le choix. La question c’est plutôt est ce que la ligue veut que ces matchs se jouent à huis clos ? Si c’est le cas, il faudrait qu’on choisisse quelques stades à Mayotte, dans lesquels on peut jouer des matchs à huis clos. Puis on dirait à tous les clubs, voilà, les matchs vont se jouer dans tel stade, comme ça on respecte le huis clos », suggère Nasser Chadouli.
Le PSC remporte cette rencontre sur un score de 2-0. Pas d’envahissement de stade à gérer … une bien maigre consolation, pour les dirigeants de l’AJM'tsahara.



 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live