publicité

Mayotte PIB 2000 – 2013 : La croissance, signe du rattrapage économique

L’antenne de l’INSEE à Mayotte vient de publier une étude récapitulative sur les produits intérieurs bruts (PIB) régionaux de 2000 à 2013. Cette étude permet d’analyser l'évolution de l’économie de l’île et son enrichissement au cours des 13 dernières années.

JAMEL MEKKAOUI , CHEF DE L' ANTENNE INSEE MAYOTTE © PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU JAMEL MEKKAOUI , CHEF DE L' ANTENNE INSEE MAYOTTE
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le
De 2000 à 2008, la croissance moyenne du PIB de Mayotte dépasse les 9% par an contre seulement 1,7% en France métropolitaine. La crise de 2008 freine fortement le rattrapage jusqu'en 2013 : la croissance est alors de +4,2% par an. Bien que cette croissance reste très supérieure à celle des autres régions françaises, le PIB s'établit en 2013 à 8000 euros par habitant, soit le quart seulement du PIB par habitant français. La faiblesse de la richesse par habitant s’explique à la fois par une faible productivité apparente du travail et par un taux d’emploi très inférieur à la France métropolitaine (18 emplois pour 100 habitants contre 41 en France).
Bérangère DUPLOUY, INSEE.


Première période : 2000 à 2008

Jamel MEKKAOUI, Chef du Service Territorial de l’INSEE Mayotte, explique que, pour la première période de 2000 à 2008, Mayotte avait connu une croissance extrêmement forte qui frôlait les 10% par an.

« Pour être plus précis, on avait 9,3% par an, ce qui est nettement supérieur à tous les départements d’Outre mer, le second, La Guyane, étant situé à 4,5%. », tient à souligner Jamel MEKKAOUI.

Deuxième période : 2008 à 2013.

Jamel MEKKAOUI indique que «une crise économique en métropole ayant touché aussi les départements d’Outre mer a conduit à ce que depuis 2008, la croissance reste très élevée, elle est à 4,2% par an mais elle est inférieure à ce qu’on constatait les années précédentes. »
JAMEL MEKKAOUI © PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU JAMEL MEKKAOUI

La croissance, signe de rattrapage économique.


A Mayotte, le produit intérieur brut (PIB) par habitant et donc la richesse dévolue à chaque habitant est nettement inférieure à ce que l’on constate ailleurs, en particulier, en dépit de ce rattrapage fort, on est aujourd’hui à un PIB 4 fois inférieur au niveau national et 2 fois inférieur à La Guyane qui est après Mayotte le département le moins riche de France.
A Mayotte, la richesse par habitant est sans commune mesure avec ce que l’on constate en métropole.

On considère que Mayotte au niveau du PIB accuse un retard équivalent à 60 ans sur La France métropolitaine.

Ce retard se comble très vite avec des croissances très importantes mais on est aujourd’hui sur un département considéré à l’époque comme le plus pauvre d’Europe.

Déficit d’emplois

L’étude de l’INSEE dégage parmi les facteurs discriminants l’emploi relativement peu répandu.
«  Pour 100 habitants à Mayotte, il y a 18 emplois. C’est bien inférieur à La France métropolitaine où ce taux d’emplois est de 41% et souvent le PIB par habitant repose sur cette richesse produit par l’emploi.
L’emploi étant faible à Mayotte, on se retrouve avec un PIB relativement faible.

Productivité de l’emploi et développement économique

Le Chef du Service Territorial de l’INSEE Mayotte, Jamel MEKKAOUI, souligne en conclusion qu’aujourd’hui, l’emploi est un peu moins productif à Mayotte en lien avec un niveau de formation inférieur aux autres territoires. Ce niveau progresse mais la population est encore aujourd’hui moins qualifiée qu’ailleurs en métropole ou en Outre mer. Or,
l'économie s' appuie d' abord sur les hommes compétents.

CLIQUEZ POUR EN SAVOIR PLUS :

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=27



« Il faut pour les années à venir faire monter la compétence des mahorais pour permettre le développement de l’économie afin qu’il soit proche des standards que l’on connaît ailleurs. »
 


Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play