publicité

" Si les Comoriens mettaient autant d'énergie pour développer leur pays comme ils le font pour réclamer Mayotte, les îles de la lune seraient les plus florissantes" COMADEP

Les autorités comoriennes refusent d'accueillir leurs ressortissants expulsés de Mayotte, créant ainsi une crise diplomatique entre les 2 pays. MOHAMED Nassufdine,président de COMADEP,fervent défenseur de la départementalisation de Mayotte,réagit à cette attitude des responsables des îles de la lune

© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : MOHAMED NASSUF (COMADEP)
© PHOTO : EMMANUEL TUSEVO : MOHAMED NASSUF (COMADEP)
  • Par Emmanuel Tusevo
  • Publié le , mis à jour le

Mayotte, le 101è département français dans l' océan indien, est en ce moment secoué par une grève générale contre l’insécurité et l’immigration clandestine. Les Mahorais estiment être les oubliés de la république française qui a laissé faire, plongeant Mayotte dans une insécurité totale. Aujourd’hui, certains Mahorais estiment que 50% de la population de l’île est clandestine avec 10000 naissances par an,  plaçant la maternité de Mamoudzou en première position de toutes les maternités d’Europe.
Pour eux, il s’agit d’une immigration sans précédent dans ce petit département qui est le seul département convoité par une autre puissance, l’Union des Comores. D’ailleurs, cette dernière refuse d’accueillir ses ressortissants expulsés de Mayotte, créant une crise diplomatique entre les 2 pays.
MOHAMED Nassufdine , président du Comité Mayotte Département, COMADEP, fervent défenseur de la départementalisation de Mayotte nous a accordé une interview depuis Paris.

QUESTION : EMMANUEL TUSEVO DIASAMVU : Après plus d'un mois de grève, l'intersyndicale et le collectif appellent à lever les barrages. Êtes-vous satisfait de cette décision?

REPONSE : MOHAMED Nassufdine : L'arrivée à Mayotte du Délégué du gouvernement qui est également le nouveau Préfet de Mayotte est une bonne chose. Je découvre pour la 1ère fois qu'un Préfet de département a le titre de Délégué du Gouvernement. J'ignore si ce Préfet a plus de prérogatives que ses collègues, j'ose espérer en tout cas, et si ce titre lui permet d'agir rapidement sans attendre des directives de Paris, je dis «allons-y».

La levée des barrages ne peut que nous réjouir. C’est enfin le retour à la vie normale pour tous les habitants de l’île. Il était temps, mais je déplore l’absence d’unité syndicale entre la base et les leaders. 
Néanmoins, Il est quand même inacceptable, pour un citoyen français lambda que je suis ou que vous êtes, de constater que l'une des conditions minimales vitales qu'est la sécurité n'est pas remplie dans ce département. L’État a complètement failli dans ce domaine qui est le socle de notre démocratie. J'espère que des garanties sont données et que le Préfet ne laissera rien passer, quitte à employer l'armée pour arrêter les fauteurs de troubles, même cachés dans la forêt. La population de Mayotte a eu raison de faire cette grève. Aujourd'hui, nul ne peut imaginer comment vivent les Mahorais avec cette insécurité sans précédent.

Que dites-vous de l'attitude du gouvernement comorien qui a refusé le débarquement sur son territoire de ses ressortissants en situation irrégulière refoulés de Mayotte ?

Irresponsables ! Je dis bien que les dirigeants comoriens sont des irresponsables et des malhonnêtes. Heureusement qu’entre temps, rien n’est arrivé à ces pauvres Comoriens, après toutes ces heures passées dans ce bateau. Mais si par malheur, il y aurait eu quelque chose de grave dans ce bateau, ou que celui-ci ait chaviré, qu’auraient fait les familles? Les dirigeants comoriens ne sont que des inconscients.
Dans cette affaire, il faudrait que la France soit ferme vis-à-vis de l’État comorien. Nous, français, ne devons pas prendre des gants pour traiter ce problème avec les responsables politiques comoriens inégalables en matière de mauvaise foi. Entendre un ministre d’État comorien, ministre des affaires étrangères en occurrence,s'exprimer dans les médias avec un tel mépris à l'endroit des Mahorais est inadmissible et inacceptable. Prétendre que les dirigeants comoriens ont prêté les clés de la maison MAYOTTE à la France, et que si cette dernière n'est pas en mesure de maintenir l'ordre, ils demandent à la France de leur rendre les clés.

Quel mépris envers les Mahorais ! Il ose dire que Mayotte n'appartient pas aux Mahorais mais à eux, ces rapaces qui pillent le peuple comorien et l'affame, ces irresponsables et ces criminels qui poussent leur propre peuple à prendre la mer dans des embarcations de fortune à destination de Mayotte au péril de leur vie.
Les dirigeants Comoriens ne comprennent que la fermeté ! Ce qui s'est passé en Libye a poussé tous les dirigeants des États africains à lutter contre l'émigration de leurs ressortissants, sauf l’Union des Comores qui, au contraire, encourage ce phénomène. Alors que les kwassas accostent tous les jours sur les plages mahoraises, ce ministre comorien ose dire sans rire que son gouvernement lutte contre les départs de ces bateaux de fortune depuis septembre 2017. Que des foutaises. Savez-vous combien de bateaux fabriqués par mois pour soi-disant les pêcheurs comoriens? A se demander si 1 Comorien sur 3 n’est pas un pêcheur.

Donc vous pensez que la fermeté est la solution au contentieux entre les deux pays et que cela va permettre de résoudre le contentieux entre la France et l'Union des Comores ?

Je pense que vous ne connaissez pas du tout les Comoriens, en particulier leurs dirigeants irresponsables. Car, l'Union des Comores n'a d'union que le nom. Entendre les reproches faits aux Mahorais, soi-disant que nous sommes des racistes, inhumains et surtout pas accueillants, c'est ne rien connaître de Mayotte et des Mahorais. Dans cet archipel des Comores, Mayotte et les Mahorais ont plus fait pour les habitants des autres îles que ces derniers entre eux.
Vous ne pouvez pas imaginer combien les Comoriens se détestent entre eux ! L'histoire des «SULTANS BATAILLEURS» continue dans cette Union des Comores, mais il s'agit cette fois-ci d'une vraie haine entre les Comoriens des trois îles. Par exemple, vous avez les Anjouanais des villes qui haïssent leurs compatriotes de la brousse, ils les surnomment «les Wamatsaha», terme très péjoratif. Il faut savoir que les Anjouanais détestent les Grand-comoriens et les Mohéliens, et vice-versa. Allez dans des cérémonies comoriennes ici en Métropole et constatez par vous-même. Ces gens ne se mélangent pas entre eux.
Le seul sujet qui permet de souder cette UNION DES COMORES, c'est Mayotte ! C’est Mayotte qui leur sert de trait d’union. Grâce à cette île française, ils se retrouvent pour critiquer, dénigrer, insulter à tout-va et réclamer cette île auprès de toutes les instances internationales. Sinon, les Comoriens n'auraient rien à dire dans leurs rencontres internationales et surtout pendant les campagnes électorales.

Trop d'acteurs pour arriver à avoir des solutions pérennes. Il est impératif que les deux États se parlent et que chacun surveille ses frontières. Pas facile au demeurant, quand on sait que l’État comorien s’obstine à ne pas reconnaître le statut de département français pour Mayotte. A côté de ce fait, on a les Mahorais, très naïfs, qui accueillent, logent et emploient les immigrés et donc contribuent à leur installation sur le territoire. Ainsi, ces derniers trouvent leur bonheur à Mayotte, fuyant la misère et surtout l'absence totale de perspectives dans leur pays.
Plusieurs raisons me font craindre le pire :
–  la malhonnêteté des dirigeants comoriens qui manipulent et utilisent leur peuple.
– l'utilisation de Mayotte par les Comoriens comme monnaie d'échange auprès de la France et à une mendicité à l’internationale.

Les Comoriens avancent partout des faux arguments pour justifier l'émigration vers Mayotte. Les trois arguments majeurs sont fallacieux :
- Mayotte est un territoire comorien
- les Comoriens vont à Mayotte pour rendre visite à leurs familles (beaucoup d'entre eux n'ont aucune famille)
- l'ONU condamne la présence française à Mayotte

Il s'agit là d’arguments mensongers qui ne tiennent pas, car la vérité est toute autre. En effet, les Comoriens doivent dire la vérité qui est :
- qu'après un peu plus de 40 ans d’indépendance, la France a déstabilisé à plusieurs reprises leur pays avec ses mercenaires et les coups d’États permanents. Aujourd'hui, c'est au tour de l’État comorien de déstabiliser la France grâce à un de ses territoires le plus proche et sans protection, le 101ème département.
- Mayotte sert de soupape aux dirigeants comoriens pour s’éviter une révolte populaire, car en poussant son peuple à émigrer vers Mayotte, surtout les plus fragiles, les dirigeants comoriens évitent vraiment un mécontentement de masse. Ils peuvent dormir tranquillement vu que les mécontents sont poussés à partir. Mayotte sert plus les intérêts des dirigeants comoriens, c'est pour cela que notre île les intéresse de l'autre côté. N'oubliez pas que le clientélisme et la corruption sont assez développés aux Comores. Il faut donc éloigner tous ceux qui peuvent se réveiller un jour pour réclamer leurs droits.
- le peu de développement que connaît Mayotte représente un grand espoir pour les Comoriens qui estiment que c'est l’eldorado pour eux.
- comme partout ailleurs dans le monde, les Comoriens aspirent à un certain niveau de confort dans leur vie et leurs dirigeants sont incapables de le leur offrir. Il faut aller chercher ça ailleurs, donc à Mayotte, le territoire le plus proche. Que comprendre des contradictions comoriennes qui crient partout Mayotte est comorienne et osent demander la nationalité française pour leurs enfants nés à Mayotte, dans ce territoire français. Que des contradictions.

Enfin, je constate l'absence d'une politique mahoraise, une politique menée par nos propres élus auprès des pays africains que je qualifierai de «FAIRE CONNAÎTRE MAYOTTE» en commençant chez nos voisins  de la région. Nous savons tous qu’au ministère des affaires étrangères , les hauts fonctionnaires n’ont jamais accepté la départementalisation de Mayotte. D’ailleurs, je me demande si certains ambassadeurs de France aux Comores n’ont pas d’intérêts personnels dans ce pays (à enquêter). Cependant nous constatons tous une prévarication flagrante des hauts fonctionnaires dans ce ministère. Alors, mener nous-mêmes notre politique est nécessaire. Nous devons le faire !

Qu'est ce qui a été mal fait d'après vous ?

Parler de Mayotte sans les Mahorais est une erreur de la part de tous nos présidents respectifs, depuis Giscard d'ESTAING, François MITTERAND, Jacques CHIRAC, Nicolas SARKOZY qui nous nous a donné le statut de «DÉPARTEMENT D’OUTRE MER» comblant ainsi le rêve de plus de 50 ans de tout un peuple et François HOLLANDE qui a essayé d'intégrer les Mahorais dans les négociations et de les imposer aux jeux des îles de l’Océan indien avec notre drapeau français et notre hymne national (la Marseillaise). Résultat, les Comoriens ont boudé les jeux et un tiers de la délégation n'a jamais repris l'avion de retour. Ils se sont évaporés dans la nature à la Réunion, mais ça c’est une autre histoire.

Vous voulez rajouter quelque chose ?

Je ne comprends pas ce pays qui n'est pas en guerre et qui n'a pas subi une catastrophe naturelle mais dont sa population veut à tout prix le quitter. Ce pays a tous les atouts pour un développement économique. Il suffit de regarder les voisins Mauriciens ou Seychellois qui s’en sortent parfaitement bien. Mais les dirigeants comoriens, qui vendent leur nationalité à toute personne capable de payer, ne pensent qu’à se remplir les poches. Ils font semblant d’ignorer qu’aujourd’hui beaucoup de Comoriens veulent à tout prix quitter leur pays, car leur problème ce n'est pas Mayotte française, mais pouvoir trouver quelque chose à faire pour pouvoir vivre décemment.

Savez-vous que beaucoup de Comoriens qui ont aujourd'hui moins de 50 ans n'ont jamais rien partagé avec les Mahorais, ils ne nous connaissent pas et nous ne les connaissons pas.

Enfin, si les Comoriens mettaient autant d'énergie pour le développement de leur pays comme ils le font pour réclamer Mayotte et exclure Mayotte des organismes régionaux, leur pays serait de loin le plus développé de l'océan indien.( MOHAMED NASSUF - COMADEP)


Aujourd’hui, certains Comoriens osent même brûler en public leur passeport (un geste fort de sens) pour exprimer leur mécontentement, leur désaccord à la politique de leurs dirigeants. D’autres dénoncent ouvertement cet acte suicidaire de refuser le débarquement de leurs ressortissants dans leur propre pays ; cette fois-ci la libre circulation des Comoriens dans leur pays réclamée tous les jours par ces mêmes dirigeants n’est pas acceptée.

Vous savez, tous les ans, les Mahorais se battent dans des grèves dures pour leur droit. Personnellement je n'ai jamais vu des telles grèves aux Comores, à se demander s’ils ont la liberté de manifester en pointant du doigt la politique de leurs responsables. Je leur dis, réveillez-vous et battez-vous pour vos droits au lieu de vous pousser à crier MAYOTTE, MAYOTTE, MAYOTTE qui ne vous apportera rien.
Je lance également un appel à tous les jeunes arrivés à Mayotte de saisir cette chance d'être scolarisés pour  se former, forger leur avenir, donner un sens à leur vie et éviter les embrouilles.
MOHAMED  Nassufdine, Président de COMADEP, interrogé par Emmanuel TUSEVO-DIASAMVU.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play