Wutadjiri : La découverte du périophtalme

wutadjiri
Wutadjiri : le périophtalme ©Mayotte la 1ere
A Mayotte la marée est un phénomène important qui a formé un biotope changeant et cyclique tout à fait particulier. De nombreuses espèces sont nées de cet univers parfois marin, parfois terrestre, et d’une salinité variable...

Les coquillages, palétuviers ou autres crabes ont trouvé des adaptations afin de coloniser cet espace. Mais une espèce en particulier a fait preuve d’une adaptabilité tout à fait remarquable en développant une faculté à respirer sous l’eau, mais aussi en surface. Est ce poisson aux compétences étonnantes que l’on retrouve sur de nombreux endroits du littoral Mahorais

Le périophtalme est un petit poisson de quelques centimètres que l’on retrouve à la frontière terre/mer. Comme tous les poissons de la famille des gobies il construit un terrier immergé, essentiellement, pour se reproduire et se protéger de la chaleur. Mais il se distingue des autres poissons par sa capacité à venir chercher sa nourriture hors de l’eau. Elle est essentiellement composée d’insectes et de vers marins. C’est pour cette raison qu’à Mayotte on le trouve souvent sur les rochers, les vases en arrière mangrove, mais également sur les branches des palétuviers. Ces deux lieux de vie lui ont imposé d’adapter son mode de respiration de deux manières. Il peut respirer dans l’eau comme dans l’air ambiant. Comme tous les poissons le périophtalme est doté de branchies pour respirer. Mais il possède une faculté supplémentaire, celle de respirer hors de l’eau. Soit par respiration cutanée comme les amphibiens, par exemple la grenouille, la rainette, la salamandre, soit en utilisant l’eau qu’il stocke dans sa bouche et dans sa gorge, et dont il extrait grâce aux muqueuses, l’oxygène dont il a besoin. Lorsqu’il cligne des yeux, le périophtalme actionne cette seconde technique. Le périophtalme est certainement l’espèce de la vie animale la mieux adaptée à la vie sur notre planète