Bilan de la 7ème réunion du Comité stratégique industriel: " le travail n'est pas terminé mais il est bien engagé"

nickel
comité stratégique industriel
 Le Comité stratégique industriel a revu ses ambitions à la baisse, l 'expertise d'Anne Duthilleul est considéré comme un simple rapport d' étape.       

.

La vision stratégique commune n'est pas d'actualité


Pas de consensus autour du rapport d'Anne Duthilleul qui s'est donc transformé en rapport d'étape, "madame Duthilleul va poursuivre son travail de réfléxion et surtout éclairer les élus de Nouvelle-Calédonie, une première étape est franchie maintenant ce sera le temps des politiques" a notamment déclaré Pierre Frogier ( Rassemblement-UMP) à l'issue de ce 7ème Comité stratégique industriel. Le député Philippe Gomès de Calédonie Ensemble n'est pas convaincu que la balle soit désormais dans le camp des politiques, mais approuve néanmoins l'idée de poursuivre le travail de réflexion.

De son côté, l'Union Calédonienne a de nouvelles propositions concrêtes, pour ne pas dire radicales à faire valoir , "avec trois industriels, il faut arrêter l'exportation de minerai brut hors du territoire" a affirmé Gilbert Tyuiénon en prenant le risque de froisser les exportateurs de minerai.`

Prudence du côté de la SMSP, " il faut prendre tout le temps nécessaire car c'est l'avenir du pays qui est en jeu" a déclaré André Dang. Même attitude pour les métallurgistes SLN, VALE et KNS qui ont fait savoir qu'ils sont plutôt satisfaits du contenu du rapport d'Anne Duthilleul mais sans trop en dire...

Dans ce contexte à la fois prudent et tendu, tant les enjeux sont importants, il était donc largement prématuré d'imaginer qu'une vision stratégique commune allait se préciser après l' examen de ce rapport.
 
Trop de divergences subsistent dans le monde politique pour espérer dégager rapidement une seule ligne directrice sur l'avenir du nickel et concernant l'entente cordiale constructive entre les trois industriels présents en Nouvelle-Calédonie, elle est encore loin d'être définitivement actée même si tout le monde fait bonne figure.

Et pourtant, il y a urgence, face à la concurrence mondiale et sans une stratégie efficace et consensuelle au niveau territorial, l'avenir du nickel calédonien est très incertain. Nos réserves de minerai étant estimées à une cinquantaine d'années, il faudrait peut-être que les responsables politiques et les industriels enclenchent la vitesse supérieure...


Les grands axes du rapport d'Anne Duthilleul


52 pages réparties en cinq thématiques: inventaire des ressources en nickel, procédés de traitement métallurgiques et marchés, analyse de la valeur ajoutée des usines, impacts de toute nature des exploitations minières et métallurgiques et orientations et moyens du développement du nickel.

Une mine de renseignements, la DIMENC a notamment effectué un important travail d'exploitation des données de sondage.

Ni pessimiste, ni optimiste mais néanmoins urgentiste, ce rapport d'expertise met aussi en relief la nécessité de définir une nouvelle fiscalité du nickel avec notamment la mise en place d'une taxe sur l'extraction et la création d'un fonds nickel mis en banque qui permettrait notamment de se préparer à l'après nickel.

Des mesures déjà préconisées par Anne Duthilleul en 2003...


 

Anne Duthilleul a commenté cette actualité dans le journal de 19H30 et sera l'invitée de la Matinale de Radio NC 1ère, ce jeudi matin.


Le reportage de Dave Wahéo-Hnasson et de Michel Bouilliez de NC 1ère.

 




Retrouvez ICI l'interview d'Anne Duthilleul dans le journal télévisé du mercredi 21 novembre

 

Retrouvez aussi Anne Duthilleul dans l'invitée de la Matinale, interrogée par Michel Voisin ce jeudi 22 novembre


Anne Duthilleul by NC1ere

 


Les Outre-mer en continu
Accéder au live