publicité

Les Cook signent un accord de pêche controversé avec l'Union Européenne

Après des mois de controverse, les Îles Cook ont signé un accord de pêche avec l'Union Européenne. Pendant quatre ans, les thoniers-senneurs européens, principalement espagnols, pourront pêcher jusqu'à 7 000 tonnes de poissons par an.

Le thon cible privilégiée des pêcheurs européens dans la Pacifique © ABC Radio Australia
© ABC Radio Australia Le thon cible privilégiée des pêcheurs européens dans la Pacifique
  • Elodie Largenton ABC Radio Australia
  • Publié le
L'Union Européenne a obtenu de pouvoir pêcher 7 000 tonnes de poisson par an pendant quatre ans dans les eaux des îles Cook. En échange, l'archipel recevra près de dix millions de dollars néo-zélandais. L'accord prévoit un partenariat entre le gouvernement des Cook, l'industrie espagnole de la pêche et le Fonds mondial pour la nature (WWF) - un partenariat destiné à favoriser la pêche durable. L'archipel recevra, en outre, 2,5 millions de dollars pour soutenir le secteur local de la pêche.


Un projet vivement critiqué par la population

Malgré les assurances données par les autorités, le projet fait l'objet de nombreuses critiques depuis plus d'un an. La population s'est fortement mobilisée, en manifestant et en présentant une pétition. L'opposition et les ONG de défense de l'environnement se sont joints au mouvement. Parmi ces groupes écologistes, Te Ipukarea Society se dit « déçu que le gouvernement ait signé l'accord avec l'Union européenne en dépit d'un recours déposé devant la justice, qui ne s'est pas encore prononcée ».

L'ONG dénonce l'utilisation de dispositifs de concentration de poissons (DCP), qui ont un effet néfaste sur la ressource, notamment sur le thon listao.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play