Eramet : La SLN renoue avec les bénéfices, exportations record de minerai calédonien

nickel
SLN
Usine SLN-Eramet de Doniambo en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
La Société Le Nickel se redresse. Au 3e trimestre, la SLN a réalisé un nouveau record de production sur ses sites miniers calédoniens. Le plan de sauvetage produit ses effets. Le cash cost est en baisse. Au même moment, les cours du nickel progressaient de 18 % à la Bourse des métaux de Londres. 
 
C’est par un long communiqué publié avant l’ouverture de la Bourse de Paris que l’on a appris que la branche nickel du groupe, en Nouvelle-Calédonie, allait mieux. Eramet prend acte de progrès significatifs, dopés par les exportations record de minerai et par la récente flambée des cours du métal. Seules ombres au tableau, la production de l’usine de Nouméa a encore subi les conséquences du blocage passé des centres miniers. Enfin, alors que l’Indonésie construit des centrales électriques en un temps record pour alimenter ses nouvelles usines de nickel, celle de l’usine de Doniambo prend du temps…

La SLN avance et se redresse
La stratégie mise en place par Eramet en Nouvelle-Calédonie porte ses fruits ce qui lui permet de présenter "une dynamique très favorable dans les activités nickel." Le groupe métallurgique et minier français souligne "une avancée significative du plan de sauvetage de la SLN. Ainsi, par rapport au 1er semestre, le coût de production (cash cost) est tombé à 5,76 dollars la livre au 3e trimestre 2019, grâce notamment au niveau record de volumes d’export de minerai." Sur la même période, le cours moyen du nickel à Londres s’est situé autour de 7,05 dollars la livre (ndlr). La SLN est donc bénéficiaire, même si l'éclaircie n'est intervenue qu'en septembre. Eramet n’entend pas en rester là et confirme son objectif d’exportation de minerai pour 2019 : 1,5 Mt. Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, en apportent son soutien aux exportations, a été un acteur essentiel du redressement de la plus ancienne compagnie minière au monde.

"Malgré le ralentissement de l’économie mondiale, le 3e trimestre a été marqué par une dynamique très favorable dans nos activités Nickel. La SLN a dégagé un excédent de trésorerie en septembre, grâce à la bonne progression de notre plan de sauvetage et à la hausse du prix du nickel. Le redressement de notre usine de Sandouville se confirme et notre projet Weda Bay Nickel en Indonésie devrait démarrer dès le 1er semestre 2020, en avance sur le calendrier."

Christel Bories PDG du groupe Eramet


Exportations record de nickel
Les exportations record de minerai par la SLN ont bénéficié d’un environnement de prix particulièrement favorable. Le chiffre d’affaires de la branche Nickel est en hausse de 21 % à 216 M€ au 3e trimestre 2019. Début septembre, le marché du nickel a été marqué par l’annonce de la remise en place dès le 1er janvier 2020 d’un embargo (ban) en Indonésie, interdisant l’exportation de minerai de nickel non transformé. Les perspectives liées à l’entrée en vigueur de cette mesure modifient en profondeur les équilibres de marché pour les différents acteurs.

Hausse bénéfique 
La production mondiale d’acier inoxydable a progressé de 5,2 % à 13 Mt au 3e trimestre de l’année, reflétant une hausse continue de la production en Chine (+ 12,6 %) en partie compensée par une baisse dans le reste du monde (- 3,5 %). La production en Chine est supportée par une consommation d’acier inoxydable qui reste bien orientée. Cette tendance se confirme en cumul sur les neuf premiers mois avec une progression de la production d’acier inoxydable tirée par la Chine (+10,2 %) tandis que le reste du monde est en recul (- 4,3 %).

Deux débouchés porteurs
La demande de nickel primaire au 3e trimestre a augmenté de 5,8 %, soutenue également par le secteur des batteries pour véhicules électriques en hausse de 28 %. Le 3e trimestre fait ressortir un bilan globalement équilibré, car la production mondiale de nickel primaire a progressé de 9,7 % sur la période.

Les stocks mondiaux baissent
En cumul sur les 9 premiers mois de l’année, le bilan offre/demande du nickel reste déficitaire, ce qui pousse les prix vers le haut. Les stocks mondiaux de nickel ont poursuivi leur baisse pour atteindre un plus bas depuis 2011.
Au 3e trimestre 2019, la moyenne des cours au LME s’élève à 7,05 dollars par livre (15.540 dollars par tonne) en progression de 18 % par rapport à celle des cours du 3e trimestre 2018. Cette forte progression est essentiellement liée à l’annonce, début septembre, de la remise en place de l’embargo indonésien sur les exportations de minerai à compter du 1er janvier 2020.

En Nouvelle-Calédonie
Le 3e trimestre a été marqué par la poursuite de la mise en œuvre du plan de sauvetage de la SLN, dont les effets commencent à se concrétiser, et par l’envolée des cours du nickel au LME. Le chiffre d’affaires de la SLN affiche une progression de 13 % à 192 M€, soutenue par les prix et par les exports de minerai. Un nouveau record de production de minerai de nickel (1,3 Mt, +10 %) a été atteint sur le trimestre et la montée en puissance des volumes de minerai exportés se traduit par une hausse de 35 %. En cumul sur les neuf premiers mois de l’année, les volumes de minerai exportés s’élèvent à 1,1 Mt, + 21 %), permettant de confirmer l’objectif de 1,5 Mt en 2019. L’objectif d’atteinte du rythme d’export de 4 Mt de minerai dès le 2e semestre 2020 est également confirmé. La rentabilité de la SLN devrait continuer à s’améliorer au 4ème trimestre grâce notamment aux volumes d’export et à l’augmentation du prix du minerai consécutif à l’annonce de l'embrago indonésien. Sur cette base et compte tenu de l’environnement de prix actuel, la SLN génère à nouveau du cash. Elle se fixe un nouvel objectif de réduction de ses coûts de production de 1,30 dollars par livre en 2021.

L’usine de Doniambo subit, mais produit
Compte tenu du blocage passé des centres miniers de la côte Est, l’alimentation des fours de l’usine de Doniambo est restée perturbée. En conséquence, la production de ferronickel est en retrait de 18 % à 11.00 tonnes au 3e trimestre. Les volumes de ventes de ferronickel sont en baisse de 8 % à 12.000 tonnes sur le 3e trimestre (- 12 % à 36.000 tonnes sur les neuf premiers mois de l’année). L’usine de Nouméa n’a donc que peu profité de la flambée des cours du métal au mois de septembre.

Le coût de l’électricité
Les discussions sur la réduction du prix de l’énergie, 3ème et dernier volet du plan de sauvetage de la SLN se poursuivent avec les autorités calédoniennes. "Dans l’éventualité où ce dernier volet ne serait pas réalisé rapidement et en totalité, d’autres pistes seraient envisagées" précise Eramet, sans plus de précision. Comparé à ses concurrents internationaux, le groupe français est confronté à un coût énergétique très élevé. En Indonésie, des centrales au charbon vont alimenter les prochaines usines de nickel. Elles seront construites en 22 mois par des sociétés chinoises.

L’usine de Normandie monte en puissance
À Sandouville en Normandie, l’usine hydro-métallurgique de nickel a poursuivi sa montée en puissance. Le chiffre d’affaires a triplé et affiche 23 M€ au 3e trimestre 2019. Les volumes de nickel haute pureté ont été multipliés par 3.

L’atout indonésien d’Eramet
En Indonésie, la construction de l’usine de production de fonte de nickel (NPI) est entrée dans sa phase finale, en vue de valoriser le minerai du gisement de Weda Bay, l’un des plus importants gisements de nickel au monde. Le démarrage pourrait désormais avoir lieu dès le 1er semestre 2020, en avance sur le calendrier. La montée en puissance de la production de l’usine devrait bénéficier d’une conjoncture favorable, "l’usine devrait être très bien positionnée en termes de coût de production" a conclu Eramet.

Cours du nickel au LME de Londres à 15H5O GMT : 16.600 dollars la tonne + 0,18 %
soit 7,53 dollars la livre. 

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live