Portrait d’un auteur Calédonien, Kevin Gallot

culture
Kévin Gallot, écrivain calédonien
Kévin Gallot, écrivain Calédonien. ©Carawiane Carawiane / NC la 1ère
Passionné depuis sa tendre enfance par la science-fiction, la fantaisie et le fantastique, Kevin Gallot a à son actif deux livres sur le sujet. L’un déjà distribué en Nouvelle-Calédonie et l’autre va bientôt l’être.

Après avoir été primé en 2016 par le Scifi-Club et la maison du livre, Kevin Gallot est reconnu par la célèbre communauté d’auteurs "plume d’argent" en 2020 et 2021, pour deux de ses nouvelles.

"J'adore inventer des mondes" 

Un tremplin qui lui permet de publier un roman, "Le monde d’Ander". Un mélange de réalisme, d’imaginaire et de fantaisie. "Je me cantonne aux sciences fictions, fantastiques et fantaisies parce que j’adore écrire ça, j’adore inventer des mondes, insérer des choses surnaturelles et surtout, exploiter les connaissances scientifiques que j’aime acquérir. J’adore ça, me nourrir de sciences, lire des livres scientifiques", explique l’auteur. 

Dans l’une des librairies de Nouméa, les écrivains locaux comme Kevin Gallot sont particulièrement recherchés. Chaque année, une trentaine d’auteurs Calédoniens est ici découvert par le grand public. "C’est toujours un plaisir de découvrir une personne d’ici, qui a écrit. Un plaisir d’avoir accès à la vision de personnes qui sont sur le territoire", assure de son côté Pamela Idiart, responsable des produits éditoriaux de la librairie. 

Sensibiliser à la littérature locale

Dans un autre commerce de la place, Kevin Gallot pourrait très prochainement distribuer son nouvel ouvrage. Un recueil de nouvelles intitulé "D’hier et de demain". De la science-fiction et du fantastique. "Là, mes deux livres sont dans des maisons d’édition traditionnelles. Ce n’est pas auto-édité. Alors que mon premier roman, à la base, je l’avais auto-édité. Ça me débloque quelques portes, mais ça reste pour moi toujours plus compliqué ici qu’en Métropole", regrette l'auteur.

Ce passionné de Stephen King souhaite rencontrer ses lecteurs lors de séances de dédicace. Un projet pour sensibiliser le plus grand nombre, à la littérature locale.

Le reportage de Natacha Lassauce-Cognard et Carawiane Carawiane : 

©nouvellecaledonie



Alice Pierre, directrice de la Maison du livre, était l'invité d'Alexandre Rosada.