La Nouvelle-Calédonie terre du nickel vert des batteries européennes 

transition énergétique
NICKEL
Hydroxyde de nickel intermédiaire (MHP-NHC) de qualité batterie produit par l'Usine du Sud (Prony Resources) en Nouvelle-Calédonie ©Nicolas Fasquel
Prony Resources (PRNC), vient d'annoncer un méga-contrat avec Tesla après avoir repris au printemps les mines calédoniennes de nickel du groupe brésilien Vale. L’Usine du Sud souhaite aussi "alimenter la filière européenne des batteries", a indiqué son PDG Antonin Beurrier.

L'Europe dispose actuellement de quatre usines chimiques de production de nickel de qualité batterie pour son industrie automobile. La plus importante se trouve en Nouvelle-Calédonie et c'est l'usine de Prony, appelée l'usine du Sud. Une grande partie de sa production a été achetée par Tesla. 

Du nickel pour l'Europe

La montée en puissance du site industriel Calédonien pourrait aussi alimenter en nickel (de classe1) la filière Européenne et Française. Le négociant Suisse Trafigura, actionnaire minoritaire du groupe Calédonien, est chargé de négocier les prix et de commercialiser la production. Son directeur financier est Français, cela peut faciliter les choses. Les équipes de Christophe Salmon ont épaulé les Calédoniens dans leur négocation avec Tesla. Pour le nickel de Prony, un gros bonus a été obtenu, le prix a été fixé au-dessus du cours du nickel à la Bourse des métaux de Londres (LME). Il est actuellement au plus haut depuis mai 2014, sur le seuil des 20.000 dollars la tonne.

"L'accord signé avec Tesla fera du constructeur automobile américain notre premier client et de loin" a déclaré M. Beurrier lors d'un entretien téléphonique avec l'AFP dans le cadre d'une tournée de présentation de ses activités en Europe, "mais nous avons encore de la place pour la filière européenne des batteries, qui cherche à augmenter son indépendance stratégique".

Lors d’une visioconférence organisée récemment par l’Union européenne et consacrée à la filière automobile, plusieurs intervenants avaient souligné l’importance de la Nouvelle-Calédonie, qualifiée de producteur minier responsable. Tout comme l'avait fait également le grand ordonnateur du marché mondial du nickel, Matthew Chamberlain, le Directeur de la Bourse mondiale des métaux de Londres (LME).

La Nouvelle-Calédonie dans le marché mondial du nickel

©la1ere

 

Prony, nouvel atout calédonien du nickel

"Le changement d'actionnaire annoncé le 31 mars 2021 a permis un changement de stratégie industrielle, et de nous concentrer sur un produit, le nickel hydroxyde cake NHC (appelé MHP à l’international, un produit intermédiaire en poudre de nickel et de cobalt destiné aux batteries automobiles notamment) a-t-il dit.

Grâce à un contrat pluriannuel de 5 à 7 ans, Prony va fournir quelque 42.000 tonnes de ce nickel à Tesla, ce qui doit permettre de produire quelque 200.000 batteries pour les voitures électriques destinées au marché nord-américain.

Ce nouveau produit Calédonien, fournira les unités de transformation et de production de Tesla.

Mais d’autres hypothèses sont envisagées. Le groupe Vale, qui a gardé une option d’achat sur une part de la production de l'usine, pourrait purifier le nickel de Prony dans sa grande raffinerie de Clydach au Pays-de-Galles et de là l’exporter vers les usines automobiles européennes.

Depuis cinq mois, le groupe Prony Resources New Caledonia (PRNC) a retrouvé une exploitation positive de ses activités, grâce à la baisse de 30% de ses coûts de raffinage et à la bonne tenue des prix mondiaux du nickel et du cobalt, très recherchés pour la transition énergétique.

Nickel vert et production responsable

Prony Resources entend produire un "nickel vert", qui correspond aux attentes du marché, et vise une empreinte carbone zéro en 2040, grâce notamment à des investissements dans l'énergie photovoltaïque et en capacité de stockage, qui pourraient être annoncés "d'ici la fin 2021", a indiqué M. Beurrier.

Le géant français Total Energie et sa filiale batterie Saft, figureraient au nombre des candidats à projet, a appris la1ère.

Le groupe Calédonien Prony Resources a aussi lancé un vaste chantier de stockage à sec des résidus, baptisé Lucy, qui est destiné à remplacer d'ici 2024 le stockage de boues humides de l'usine, qui suscitait des inquiétudes environnementales.

Pour tout cela, le grand complexe industriel du Sud Calédonien a bénéficié d'un soutien massif de l'Etat français, avec un prêt public de 200 millions d'euros, suivi d'un second prêt espéré dans le budget 2022 de 220 millions d'euros.

Prony : un projet "nickel vert" en Nouvelle-Calédonie présenté au Ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu

©nouvellecaledonie

 

Un partenaire américain nommé Tesla

"Les discussions avec Tesla ont commencé il y a deux ans, c'était un pari à l'époque" a souligné le dirigeant. Le nickel au niveau mondial pour les batteries ne représentait que 50.000 tonnes par an, contre 170.000 tonnes aujourd'hui. Le marché devrait s'élever à 750.000 tonnes en 2025 et plus d'un million de tonnes en 2030, selon lui.

Si la montée en puissance se poursuit, la rentabilité de l’usine et du massif minier qui emploient près de 3000 personnes auxquelles s’ajoutent 10.000 emplois induits, est assurée. Un succès qui serait d'abord à mettre au profit de Sonia Backès, la Présidente de la Province Sud du Territoire.

Prony, une usine calédonienne

Au terme de la délicate recomposition du capital, et de l'équilibre industriel, financier et social négocié pendant de longs mois, Prony est désormais détenu à 51% par des acteurs locaux néocalédoniens (30% aux trois provinces, 12% aux salariés et 9% à un fonds local représentant les populations océaniennes et kanaks). 19% appartiennent au négociant de matières premières Trafigura basé à Genève, et 30% à la compagnie financière de Prony, montée avec le management et le fonds d'investissement Agio, une société néo-zélandaise.

L'usine qui exploite le gisement minier à ciel ouvert de Goro, en Province Sud de la Nouvelle-Calédonie, a une capacité maximum de 44.000 tonnes par an. Après avoir produit 20.000 tonnes l'an passé, elle vise 36.000 tonnes l'an prochain, a indiqué M. Beurrier, qui répondait aux questions de l’AFP. Une production que la France surveille comme le lait sur le feu.

Du nickel et des batteries : l'usine Saft à Bordeaux

©nouvellecaledonie

LME Nickel le 20/10/2021 à 16:10 GMT

20.520 dollars/tonne +8,55 % (hausse provisoire hebdomadaire)