Les cours du Creipac s’ouvrent aux jeunes Calédoniens

éducation
cours creipac calédoniens
©Caroline A-M

Quitte à travailler les langues pendant les vacances, autant le faire dans la bonne humeur. C’est l’esprit des cours de langues dispensés par le Creipac. Faute d’étudiants étrangers, l’établissement ouvre ses portes aux collégiens et lycéens calédoniens. 

Un jeu de chaises musicales pour s’entraîner à la prise de parole en anglais, c’est l’un des exercices proposés aux collégiens dans le cadre d’un cours de soutien dispensé par le centre de de rencontres et d’échanges internationaux du Pacifique, soit le Creipac. Avec la crise du Covid, cet établissement public habituellement fréquenté par des étrangers, a dû se diversifier.

Comme on ne peut plus accueillir les Australiens, les Néo-zélandais, on s’est demandé comment on pouvait faire pour les jeunes, pour les Calédoniens, pour ceux qui sont de la 6ème à la seconde, donc on a mis en place des stages linguistiques.

Valérie Meunier, directrice du Creipac

 

Chaque semaine, une quarantaine de collégiens et lycéens se perfectionnent donc en anglais, espagnol ou japonais, à raison de trois heures par matinée et pour les plus motivés, trois heures supplémentaires l’après-midi. « On va faire des chansons, des danses, on fait beaucoup de jeux, avec la répétition de vocabulaire mais à mon avis, la chose la plus importante c’est la musique » raconte Adriana Krause, assistante d'anglais.

cours creipac
©Caroline A-M

Une formule validée par les élèves, qui cerise sur le gâteau, bénéficient à la pose, d’ordinateurs, de livres et disons le, d’un cadre exceptionnel. "C’est meilleur que le collège" lance un jeune. "J’ai le sentiment que je vais pouvoir progresser petit à petit avec le temps et avec la semaine aussi" confie à son tour un autre garçon.

Des professeurs internationaux

Grâce à un partenariat avec le vice-rectorat, les cours sont dispensés par des assistants en langue en provenance d’Australie, d’Espagne, du Japon ou du Chili, un job d’appoint bienvenu en attendant la rentrée et ou la réouverture des frontières. « On va faire le mieux que l’on peut pour que ce ne soit pas une torture de vacances d’étudier l’espagnol à 8h du matin. Et pour nous, assistants, c’est une chance de pouvoir avoir plus d’expériences » confie Magdalena Vera, assistante d'espagnol.

A noter que ces cours seront également proposés pendant les petites vacances. Ils sont gratuits pour les élèves boursiers. 

 

Un reportage de Caroline Antic-Martin et David Sigal.