Pédophilie : le cardinal Pell acquitté par la Haute Cour australienne

océan pacifique
Cardinal Pell
©AFP
L’Australie est sous le choc. L’affaire de pédophilie la plus médiatisée au monde se termine par un acquittement. Le cardinal Pell a été libéré. Il avait été condamné suite à des accusations de violences sexuelles sur des enfants de chœur, à Melbourne, dans les années 90.
La nouvelle a fait l’effet d’une bombe en Australie. Le cardinal Pell est sorti de la prison où il était détenu depuis un an. La Haute Cour du pays l’a acquitté des cinq chefs d’accusations pour violences sexuelles qui pesaient sur lui, au bénéfice du doute. La plus haute juridiction australienne a jugé que le niveau de preuve requis pour établir sa culpabilité, n’était pas atteint. Selon les sept magistrats de cette instance, la juridiction inférieure aurait «omis de se pencher sur la question de savoir s’il restait une possibilité raisonnable que l’infraction n’ait pas été commise, de sorte qu’il aurait dû y avoir un doute raisonnable quant à la culpabilité du demandeur ».
 

Condamnation à six ans de prison en première instance

 En mars 2019, le prélat avait été condamné à six ans de prison pour agressions sexuelles sur deux enfants de chœur de treize ans (l’un d’eux est décédé d’une overdose en 2014 et n’avait pas dénoncé d’agression). Les faits auraient été commis en 1996 et 1997, dans la cathédrale St-Patrick de Melbourne, dont il était archevêque. Une condamnation confirmée en août par la cour suprême de l’Etat de Victoria.
Cette affaire de pédophilie a eu un retentissement mondial. C’était une première, car elle atteignait le plus haut niveau de l’église catholique. Le cardinal Pell était le secrétaire à l’économie du Saint-Siège, l’un des personnages les plus importants du Vatican.
 

Soulagement du cardinal, du Vatican… 

George Pell a toujours proclamé son innocence. Et selon lui, la décision de la Haute Cour répare « une grave injustice ». Il souligne que son « procès n’était pas un référendum sur l’Eglise catholique, ni un référendum sur la façon dont les autorités de l’Eglise en Australie ont traité le crime de pédophilie dans l’Eglise. La question était de savoir si j’avais commis ces crimes horribles, et ce n’est pas le cas. »
 
Même tonalité au Vatican où on salue la décision. Le Saint-Siège déclare avoir toujours eu confiance en la justice australienne. Il rappelle, par ailleurs, son «engagement à prévenir et à poursuivre tous les cas d'abus contre des mineurs».
Lors de sa messe matinale, le Pape François a même fait allusion à l’affaire :
"Je voudrais prier aujourd'hui pour toutes ces personnes qui subissent des jugements injustes résultant de l'intransigeance (NDLR : à leur encontre)".  

…Et de l’Eglise australienne

Soulagement aussi au sein de l’Eglise australienne, consciente cependant de l’impact qu’elle va avoir sur les victimes d’abus sexuels. Peter Comensoli, l’archevêque de Melbourne, qui a toujours cru en l’innocence du cardinal, traduit ce sentiment :
"Je suis conscient de la souffrance des victimes et des survivants d'abus (NDLR sexuels)… Aujourd'hui,…le cardinal a été reconnu innocent des crimes dont il était accusé, mais mon esprit a été particulièrement préoccupé pour J (NDLR : l’ex enfant de chœur vivant, accusateur du cardinal), et je sais comment cela va l'affecter en ce moment. Et je veux encore une fois, témoigner de mon inquiétude pour lui et faire un pas vers lui avec bienveillance. "
 

Abattement des associations de victimes 

Si George Pell affirme ne pas éprouver de rancune vis-à-vis de ses accusateurs, comme on pouvait s’en douter, il n’en est pas de l’autre côté. Maureen Hatcher, fondatrice de Loud Fence, un mouvement de soutien aux victimes d’abus sexuels, ne mâche pas ses mots :
"Je me sentais incroyablement triste pour les survivants et tous les survivants qui se sont exprimés. Parce que, pour moi, c'était un peu comme s'ils venaient d'être abattus (shot). C'est une énorme nouvelle et cela aura un impact sur tant de gens… Et c'est encore plus difficile à cause de l'isolement (NDLR : lié au confinement) en ce moment. "
 
A cause de la pandémie de Covid-19 et du confinement lié, les victimes d’abus sexuels ne peuvent se rassembler. Mais Maureen Hatcher appelle tous les Australiens à  les soutenir de chez eux, et à « attacher un ruban sur leur boîte aux lettres, sur leur clôture, sur leur porte, ce qui montrera leur soutien à tous les survivants qui ont parlé et utilisé leur voix. Et je pense que ce genre de choses est vraiment important en ce moment. "
Depuis 2019, des rubans ornent la clôture de l’ancienne église du cardinal à Ballarat, dans l’Etat de Victoria.
De son côté, « choqué » et « furieux »,  le père de l’enfant de chœur décédé ne croit plus en la justice de son pays. Il compte tout de même attaquer le cardinal au civil pour obtenir un dédommagement.  

Intervention du premier ministre

Scott Morrison, le premier ministre australien est même intervenu pour essayer de calmer les esprits :
« Je sais, que pour de nombreux Australiens, le souvenir de choses qui ne sont absolument pas liées à cette affaire…le simple fait d’en discuter, font remonter de grandes souffrances. Et lorsque ces choses sont évoquées, mes pensées sont toujours avec eux. Mais la Haute Cour, la plus haute cour du pays, a pris sa décision.Et cela doit être respecté. "
 
Agé de 78 ans, le cardinal Pell ne rejoindra pas le Vatican. Il s’est rendu dans un couvent à sa sortie de prison. Il est fort probable qu’il y reste silencieux pendant un long moment.