Ponérihouen : parents d'élèves et enseignants se mobilisent contre les vols dans les établissements scolaires

faits divers ponérihouen
Vols Ponérihouen Teouty 2
©Marguerite Poigoune / Nc la 1ere

Dans la nuit de dimanche à lundi, le centre scolaire catholique de Teouty a de nouveau été le théâtre de vols et d’effraction. Excédés, parents d’élèves, personnel et enseignants se mobilisent ce mardi et ce vendredi.

"Y en a marre. Là, c’est le moment de se mobiliser." Bertrand Groaiu, membre de l’association des parents d’élèves du centre scolaire de Teouty, à Ponérihouen, souhaite faire entendre son ras-le-bol. Dans la nuit du dimanche 16 au lundi 17 mai, des individus se sont introduits dans la cantine de l’établissement, "les goûters des élèves de la maternelle y ont été dérobés". Selon le membre de l’APE, les portes des bureaux de la direction ont également été forcées à coups de pied-de-biche. 

Ponérihouen violences Teouty
©Marguerite Poigoune / Nc la 1ere

 

"Les gens ne pensent plus à leurs petits frères et petites sœurs"

Une nouvelle intrusion dans l’établissement scolaire constatée ce lundi matin. "Notre cantine a été vandalisée, la nourriture, les desserts, les fruits et légumes pour nos enfants ont été dérobés", précise Bertrand Groaiu. Des faits à répétition au sein du centre scolaire, dénoncés par les membres de l’association des parents d’élèves, le personnel et les enseignants. "Ça se répète de plus en plus et les gens ne pensent plus à leurs petits frères et leurs petites sœurs, aux générations futures", poursuit le membre de l’APE. 

Ce mardi, un débrayage est organisé par le personnel à partir de 8 heures. Les élèves rentreront chez eux jeudi soir et les classes ne seront pas assurées vendredi. Une marche se fera au départ du centre scolaire de Teouty, en direction du village de Ponérihouen à la maison de l’aire Paici Camuki. "On espère que les autres fédérations ou associations viennent nous soutenir, parce que la situation de l’école de Teouty, ça pourrait être celle d’autres établissements autour de nous", ajoute le parent d'élève.