publicité

Les réunions publiques sur le barrage de Pouembout ont débuté

Le grand projet de barrage multi-usages dans la région de Pouembout a été présenté ce mercredi soir à Koné à l'occasion de la première réunion publique sur le sujet. Un accueil plutôt favorable pour la création de cet ouvrage qui concerne le droit commun, le droit privé et le domaine public. 
 

© NCla1ère
© NCla1ère
  • Gilbert Assawa, David Sigal et Caroline Moureaux
  • Publié le
Depuis la provincialisation des années 1990, Pouembout a vu sa population tripler pour atteindre 2 600 habitants au dernier recensement de 2014. Dans cette commune agricole, le maraîchage, les céréales et l’élevage ne peuvent se développer qu’à partir de pompages dans la rivière. La ressource en eau potable quant à elle se trouve directement en dessous, dans la nappe phréatique.
Pour répondre aux besoins croissants, la solution retenue est de construire un barrage dans la haute vallée, aux confluents des rivières Poualoa et Ouendé. Un barrage baptisé « Pweela Jawe », eau claire en langue paicî.
© DR
© DR
 

Une décision logique

Pour Guy Monvoisin, l’éleveur propriétaire des lieux, il est logique de tenter de retenir l’eau de pluie. « En Calédonie, vu la physionomie de nos terrains, c'est-à-dire qu’on a à peine vingt kilomètres entre la montagne et la mer, çà veut dire que les précipitations qui tombent souvent dans la Chaîne, deux heures après, elles sont déjà dans la mer ». 
Les études menées par Falconbridge au moment du projet de l’usine du Nord ont servi de base de réflexion pour expliquer le choix d’un barrage multi-usages.
 

Un circuit particulier

Ce mercredi, dans cette première réunion publique organisée par la Province Nord à Koné, pour expliquer le choix et le déroulement des travaux, le fonctionnement de l’ouvrage a surpris l’auditoire : on ne verra pas de tuyaux pour acheminer l’eau vers les consommateurs et les concepteurs ont fait preuve de bon sens. « On restitue l’eau directement à l’aval du barrage donc on réalimente la rivière au moment où il y a un débit plus faible et çà permet d’avoir de l’eau pour l’usage irrigation qui va pomper dans la rivière, et comme on réalimente la rivière, on réalimente aussi la nappe et on a la possibilité de prélever plus dans la nappe pour l’alimentation en eau potable des populations » explique Malia de la Neves, de la direction de l’aménagement de la Province Nord. 
© DR
© DR
 

Un développement à long terme

Concilier les besoins des populations et des agriculteurs, en assurant une croissance maximale, l’enjeu est vital. Ce sera la première réalisation du genre pour un projet qui concerne les terres de droit commun, de droit privé, et du domaine public. 
A long terme, il permettrait le développement des terres coutumières ou privées, et le développement de nouvelles cultures comme le riz. 
L’édifice retenu est un barrage poids qui allie sécurité, simplicité et longévité. Autre atout, l’installation de turbines pour produire de l’électricité et alléger la facture énergétique. 

Les habitants de la zone sont invités à découvrir le projet et poser leurs questions sur le site www.barrage-pouembout.nc

Le reportage de Gilbert Assawa et David Sigal 
WEB REUNION BARRAGE POUEMBOUT


En savoir plus sur le projet « Pweela Jawe »

Sur le même thème

  • Eau

    Le Congrès valide la politique de l’eau partagée

    Les élus ont adopté à l’unanimité le projet de délibération portant approbation du schéma d’orientation pour une politique de l’eau partagée en Nouvelle-Calédonie. Un projet qui devra proposer une feuille de route de la gestion de l’eau pour les décennies à venir. 

  • Eau

    Tiwaka attend toujours son eau

    Des dizaines d’habitants de la tribu ont manifesté leur mécontentement ce lundi et sont venus réclamer à la mairie de Poindimié une conduite d’eau promise depuis des années. 

  • Eau

    Quand les eaux salées remontent le cours des rivières

    La saison chaude en Calédonie fait baisser l’apport en eau douce à l’embouchure des rivières, où elle est naturellement compensée par l’eau de mer. Une eau salée qui pénètre parfois loin à l’intérieur des terres. Illustration à Ponérihouen, dans la vallée de la Nimbaye. 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play