Redoubler de prudence face à la leptospirose

santé
Dépliant leptospirose
©Coralie Cochin

Depuis le début de l’année, les cas de leptospirose sont en forte hausse. En cause notamment, les importantes précipitations, dues à la Niña. Et attention, s’il faut éviter les contacts rats, les cochons et les cerfs, la maladie se transmet aussi par l’eau et par la terre. 

Déjà 80 cas confirmés par la DASS au 21 février contre 69 sur toute l’année 2020. Les chiffres de la leptospirose sont inquiétants. En cause : les fortes pluies de ces dernières semaines.

Dans les sols et dans l’eau

Parce que les leptospires, les bactéries qui causent la maladie peuvent survivre plusieurs mois dans des sols mouillés.
« On peut être en contact avec des leptospires pathogènes quand on touche des sols, notamment des sols mouillés voire détrempés. Et au moment des fortes pluies, ces leptospires vont se retrouver dans l’eau et à ce moment là, on est exposé quand on est dans les eaux d’inondation, ou même dans des eaux vives quand on est en train de se baigner dans un creek » explique Cyril Goarant, responsable de l’unité de recherche sur la leptospirose à l’institut Pasteur. 

Nombre de cas de leptospirose au 21 février
©DASS-NC

Des recommandations

Comment éviter ça ? Quelles sont les précautions à prendre surtout en ce moment, avec les inondations à répétitions ?
« Porter des bottes bien sûr, faire attention à toutes les coupures parce que les leptospires vont rentrer beaucoup mieux au niveau de blessures dans l’organisme » poursuit Cyril Goarant. « Et puis absolument éviter de se baigner dans des eaux douces au moment de ces fortes pluies ou juste après, pendant au moins un ou deux jours, tant que l’eau n’est pas vraiment redevenue à son niveau normal et à une clarté plus transparente ».
Et au moindre doute, si vous ou quelqu’un de votre famille a pris un risque ou a de la fièvre, il faut absolument consulter un médecin. Une leptospirose qui est suivie dans les deux jours peut guérir très vite. Pour rappel, quatre personnes sont mortes de la leptospirose en 2020.
Les recommandations de Cyril Goarant, responsable de l’unité de recherche sur la leptospirose à l’institut Pasteur, joint par Stéphanie Chenais. 

Leptospirose itw Goarant

Nombre de cas de leptospirose au 21 février par commune
©DASS-NC

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live