Comment on fait... un tapa ?

artisanat marquises
Comment on fait... un tapa ?
©Polynésie la 1ère

Une étoffe autrefois sacrée en Polynésie et ô combien complexe à fabriquer ! 

Les tapa, ce sont des masques, des pareu et des ceintures, des étoles, des coiffes et des linceuls, des couvertures ou même des rideaux qui portaient en eux, comme des tatouages, les marques des grandes migrations, des histoires familiales. Produits d’un savoir-faire ancestral exclusivement féminin, les tapa étaient autrefois des objets complexes : des enveloppes, des liens, des parures et des "trésors" participant à l’équilibre du monde, des hommes et des dieux. Aujourd'hui en Polynésie, on ne fabrique presque plus de tapa. Un travail long, ardu, fatiguant... Principalement aux Marquises, la technique de fabrication du tapa a survécu et l’étoffe est toujours fabriquée, même si elle est désormais dépourvue de ses fonctions sacrées. On l’utilise pour la confection de chapeaux, de sacs à main et surtout pour la réalisation de panneaux décoratifs où sont peints des motifs de tatouage marquisiens. Tutana Tetuanui, originaire de Fatu Iva, est une héritière et une garante du savoir-faire autour des tapa. Elle est aujourd'hui retraitée, mais elle a travaillé comme agent au département des Traditions au Service de la Culture ; où elle a mené pendant de nombreuses années des actions notamment auprès de la jeunesse pour tenter de faire perdurer la pratique de cet art en péril. 
 

Voici un tuto dans lequel vous trouverez les principaux conseils pour réussir à fabriquer un petit tapa : 

 

 

 


Les arbres à tapa

 

  • 'Aute ou mûrier à papier : tapa fin et blanc
  • 'Uru ou arbre à pain : tapa épais, rêche et blanc
  • 'Ōrā ou banyan : tapa épais, doux et brun clair

Les outils

  • Billot en bois (tutua) ou en pierre (kiva), de forme quadrangulaire, pour poser l’écorce
  • Maillet en bois : i’e, pour battre l’écorce

 

Comment on fait un tapa ?