Evans Haumani sur la sellette : les réactions sur l'île de Moorea

élections 2021 moorea
Evans Haumani
©Polynésie la 1ère

Suite au rejet de la Commission des comptes de campagnes, le tavana de Moorea-Maiao pourrait perdre son mandat si le tribunal administratif prononce l'inéligibilité. La méthodologie serait en cause, selon son avocat. En attendant, l'annonce a fait l'effet d'une bombe à Moorea.

Comme annoncé, vendredi, la Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques a invalidé le compte de campagne du maire de Moorea-Maiao. Elle a donc saisi le tribunal administratif, qui devra se prononcer sur l'inéligibilité d’Evans Haumani. Le tavana pourrait ainsi perdre son mandat. 

A Papetoai, le fief d’Evans Haumani où le tavana compte ses plus fidèles partisans, la nouvelle a fait l'effet d'un coup de massue pour les habitants de la commune. "Evans est un bon maire, il a beaucoup aidé la population. Je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’il se passe, confie Poema assise sur le banc d'un fare, au bord de route, Je voyais beaucoup de maires passer à Papetoai, ils nous parlent quand c’est l’élection mais après plus rien. Lui, non, il est tout le temps derrière nous. J’ai mal au coeur". Mariette aussi ne souhaite pas voir son tavana partir. "C’est bien tout ce qu’il a fait, pas seulement pour Papetoai mais pour toute l’île. C’est un bon maire, on ne veut pas le perdre !". 

Un avis qui n'est pas partagé par tous... Un peu plus loin, à Maatea, Robert espère, lui, que le tavana change afin que l'île retrouve un peu de stabilité. "C'est un copain de football mais il n’est pas à sa place, il n’est pas à sa place !" assène le sexagénaire avant d'aller faire ses courses au magasin du coin. 

"Ce n’est pas un maire que je vais regretter,  je vais être franche ! (...) Moorea est vraiment dans une phase difficile, on n'a  jamais traversé ça ni au niveau des comptes financiers ni dans la manière dont la commune est gérée"

Maire Bopp Du Pont, élue Amuitahiraa Tavini e Tia Ai du conseil municipal

 

Evans Haumani a été réélu tavana de Moorea-Maiao, en juillet dernier, avec une large majorité de 25 élus. Une majorité qui s’est effritée au fil des mois avec des démissions en cascade. Alors, pour certains élus, si le maire perd son mandat, cela pourrait permettre de changer certaines choses et d'avancer dans la bonne direction. "Ce n’est pas un maire que je vais regretter,  je vais être franche ! Cela fait quelques mois que je travaille avec, je le connais, je vois aussi les rapports de ces six dernières années. Et, preuve à l’appui, il n’y a pas un bon travail qui est fait et dans les six prochains mois, ça ne sera pas le cas non plus", souligne Maïre Bopp du pont.

L'élue Amuitahiraa Tavini e Tia Ai du conseil municipal de l'île dit compatir avec l'homme mais si l'inéligibilité est prononcée, elle espère que Moorea ait un tavana plus "costaud". "Moorea est vraiment dans une phase difficile, on n'a  jamais traversé ça ni au niveau des comptes financiers ni dans la manière dont la commune est gérée" affirme-t'elle. 

Cette décision pourrait être l'occasion pour des membres du conseil municipal de reprendre le flambeau. "Si on essaye de voir l’avenir de notre commune, il faut vraiment travailler pour notre commune et notre population. Maintenant, on attend la décision du juge et on verra la suite, réagit John Toromona, élu Tapura du conseil municipal, Je verrais ensuite avec mes collègues du conseil municipal, si certains de la majorité veulent que je me présente, pourquoi pas !"

"Tout ce que la commission des comptes de campagne a examiné sont des éléments qui ont été fournis par Evans Haumani. C'est quelqu'un qui n'a rien caché. Mais simplement la méthodologie n'était pas la bonne sur certaines dépenses qui sont minimes"

Maître Dominique Bourion, avocat d'Evans Haumani

 

Aujourd'hui, rien n’est encore fait, le dossier est actuellement entre les mains de la justice. Le tribunal administratif doit rendre sa décision d’ici une dizaine de jours. Pour l’avocat du maire, Me Dominique Bourion, c’est la méthodologie qui est en cause dans ses comptes de campagnes. "Ce que je peux dire de l'examen du dossier que j'ai pour le moment est que tout a été fait en toute transparence, en toute bonne foi et en toute honnêteté. Tout ce que la commission des comptes de campagne a examiné sont des élements qui ont été fournis par Evans Haumani. C'est quelqu'un qui n'a rien caché. Mais simplement la méthodologie n'était pas la bonne sur certaines dépenses qui sont minimes", précise le conseil qui a annnoncé déposer un recours au Conseil d'Etat si l'inéligibilité est prononcée par le tribunal administratif.