polynésie
info locale

Le CESEC dément avoir commandé un rapport de l'IRD sur la ferme aquacole de Hao

polémique tahiti
Le CESC change de nom et devient CESEC
©CESEC de la Polynésie française
Ce mardi 3 décembre, la Dépêche de Tahiti fait sa Une sur un rapport accablant de l'IRD concernant la ferme aquacole de Hao. Le quotidien explique qu'il a été commandé par le CESEC. Ce que dément le président du Conseil économique social environnemental et culturel
L’Information figure en Une de la Dépêche de Tahiti, ce mardi 3 décembre. Elle parle d’un rapport accablant concernant la ferme aquacole de Hao. Ce rapport est celui de l’IRD commandé, écrit le quotidien, par le Conseil économique social environnemental et culturel. Dans ce rapport, il est donné un avis très réservé : on parle d'impact environnemental considérable de pollution importante et d’absence de garantie de rentabilité.

Sauf que dans un communiqué en date de mardi 3 décembre, le CESEC par la voix de son président dément catégoriquement : "aucun moment, le CESEC n’a commandé quelque étude que ce soit. Le CESEC a été saisi par le gouvernement de la Polynésie française du projet de Schéma d’Aménagement Général le 28 octobre dernier. A l’instar de tous les avis qu’il est amené à rendre, de nombreux invités ont été entendus par la Commission "Développement du territoire" afin d’éclairer les conseillers sur le contenu général du document et sur des points spécifiques. C’est dans le cadre de ces auditions, et au titre des secteurs de la recherche et du développement des ressources marines, qu’un chercheur de l’IRD a été reçu. Comme les autres invités, il a pu exposer son avis sur les projets envisagés par le SAGE". 

Contacté par nos soins, le président du CESEC, Kelly Asin-Moux, confirme en effet que l'IRD a bien été reçu mais dans le cadre du SAGE. "Je rappelle que le SAGE traite d'autres suejts comme la route traversière, l'aéroport international des Marquises, le logement (...) C'est dans ce cadre que le rédacteur du document en question nous a laissé effectivement un document". 
 

Interview