Dans les grandes surfaces, les rayons anti-moustiques se vident

chikungunya tahiti
Moustique tigre
Moustique tigre ©CDC-GATHANY / PHANIE
Avec déjà près de 38.000 personnes atteintes du Chikungunya, l'épidémie continue de faire des victimes. Pour lutter contre, la population se rue dans les grandes surfaces acheter des répulsifs anti-moustiques. Mais, elle trouve aujourd'hui des rayons presque vides.
Depuis le début de l’épidémie de chikungunyia, c’est la ruée vers les anti-moustiques. Du coup, dans les grandes surfaces, les rayons des répulsifs contre les moustiques sont presque vides. Les importateurs n’ont pas assez anticipé la demande.

La société Sodispo qui importe le deuxième répulsif le plus vendu en Polynésie française, a réalisé sur la première semaine de décembre dix fois son chiffre d’affaires mensuel sur les répulsifs. Pour Jean-François Govin, le directeur commercial, l’épidémie de chikungunya est une situation difficilement prévisible.
 
Ecoutez Jean-François Govin au micrro de notre journaliste Axelle Mésinèle

govin sodispo


D’ici trois semaines, les répulsifs, les moustiquaires et autres produits anti-moustiques devraient figurer sur la liste des produits de première nécessité, les PPN. Cela devrait entraîner des baisses de prix sur certaines références.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live