publicité

Elle a 2 côtes cassées mais retire sa plainte

Un homme a été jugé, jeudi 05 septembre, en comparution immédiate pour violences conjugales. Lundi, après avoir été rouée de coups, son ex-compagne a porté plainte à la gendarmerie de Moorea. Puis s’est rétractée. Son ex-mari est le seul à travailler et à nourrir son ancien foyer.
 

  • Par Axelle Mésinèle
  • Publié le , mis à jour le
Cette affaire montre la difficulté pour les femmes de maintenir une plainte après avoir été battue, quand elles sont financièrement dépendantes. Le couple qui a vécu 26 ans ensemble, est séparé depuis un an, mais l’homme continue à donner de l’argent à son ex-femme qui vit par moment dans la rue. Et c’est également lui qui s’occupe de leurs 2 enfants majeurs sans emplois.

Lundi, une altercation intervient entre les 2 ex, la femme se fait rosser. " Comme elle m’insultait, j’ai pété les plombs ", a expliqué le prévenu à la barre du tribunal correctionnel. Il lui met des claques, des coups de pieds au ventre. Quand il réalise la gravité de ses actes, il la transporte à l’hôpital.

La victime porte plainte. Mais son ex-conjoint lui explique que s’il va en prison, il n’y aura plus d’argent pour personne. Alors malgré 2 côtes cassées, elle décide de retirer sa plainte. Comble de la misère, elle n’avait de toute façon pas l’argent pour payer la radio qui devait confirmer ses blessures. L'avocate du prévenu a expliqué qu'il y avait de la violence physique au sein de ce couple, mais qu'il ne fallait pas oublier " la violence verbale " dont faisait preuve la victime. 

Le maçon a été condamné à un an de prison avec sursis mise à l’épreuve. Il devra indemniser son ex-femme à hauteur de 150 000 francs et ne devra plus s’approcher de la maison familiale.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play