polynésie
info locale

Une livreuse de pizzas agressée et volée [MàJ]

violence faaa
agression livreuse pizza
Les employés de Rapido's Pizza sont tous sous le choc. ©HIRO TEROROTUA/POLYNESIE LA 1ère
Alors qu'elle livrait des pizzas, une femme a été agressée par deux hommes qui lui ont volé sa sacoche et le scooter. Grâce à la rapidité des réseaux sociaux, le deux roues a été rapidement retrouvé. Mais les employés de la pizzeria sont tous sous le choc, après cette agression, la première.
Teva Ah-Min, le patron, raconte qu'un client a commandé 5 pizzas aux alentours de 21h, samedi 9 novembre. Arrivée sur place à Puurai, Tevai, la livreuse, se fait tabasser par deux hommes qui lui volent sa sacoche contenant 10 000 Fcp, les pizzas et le scooter. "Ca s'est passé très vite. C'était un coup monté, c'est sûr. Il y avait un gars dans un coin sombre. Il s'est garée à côté et tout d'un coup, un gars est arrivé par derrière en courant, avec un gros bâton, et il lui a donné un coup dans la tête direct."
La livreuse aurait ainsi continué à être frappée au sol. "Elle était sous le choc, elle a crié au secours, continue de raconter son employeur. Ils ont vite arraché la sacoche, un est parti avec le scooter, l'autre est parti en courant dans l'autre sens."

C'est la première fois qu'une telle agression se produit. "Arrivé sur place, elle était en sang, complètement traumatisée. C'est horrible. On est tous sous le choc. [...] Nous, on vient gentiment livrer des pizzas et ça craint. Elle m'a dit que plus jamais elle ne ferait les livraisons. Même pour mon staff, ils flippent maintenant. Donc, je vais essayer de peut-être acheter des bombes lacrymogènes ou des trucs comme ça..." explique Teva Ah-Min.

Ce dimanche 10 novembre, aux alentours de 7h et grâce à la rapidité des réseaux sociaux, Teva Ah-Min récupère le scooter quelques minutes après sa publication, repéré par un internaute. Les rétroviseurs ont été démontés et le TPE qui sert aux paiements par carte bancaire, volé.

Les employés de la pizzeria ne cachent pas leur écoeurement : "En plus, sur une fille, c'est trop facile," déplore Chris Hunter, livreur. "Il faut chercher du travail, c'est facile de faire des choses comme ça," regrette un autre.

Mise à jour
Depuis l'agression, une vingtaine de gendarmes a été mobilisée, avec l'appui de la police municipale de Faa'a. Deux suspects sont actuellement en garde-à-vue.
Publicité