polynésie
info locale

Grève des agents communaux : les enfants en otage pour la FAPEEP

social tahiti
Grève AC3
©Polynésie 1ère/Gilles Hucault
La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public déplore les conséquences collatérales du mouvement social, qui prend les enfants en otage.
Dans un communiqué, la Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public (FAPEEP) constate que le mouvement de grève entamé hier par les agents communaux a perpétué la bonne marche de plusieurs écoles publiques. Ces dysfonctionnements ont principalement porté sur le transport et la cantine scolaire.

La fédération « ne conteste pas le droit de chacun à défendre ses intérêts particuliers, elle déplore les conséquences collatérales de ce mouvement social, qui prend nos enfants en otage, alors que ces revendications ne les concernent pas ».

La Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement public prie les grévistes de faire un geste. Les parents d’élèves demandent à l’intersyndicale de ne pas pénaliser les enfants et de maintenir un service minimum dans les écoles. Si le mouvement se durcit, la fédération en appelle au Ministère de l’Education pour qu’il ferme temporairement les établissements scolaires !
Publicité