Invité du journal : Frédéric Dock, président du Medef Polynésie

social tahiti
Frédéric Dock
©Polynésie la 1ère

Mardi, l'invité du journal était le président du Medef Polynésie Frédéric Dock. Il répondait à la question : comment réinstaurer le dialogue social, comment le moderniser ? 

Frédérick Dock est le président du Medef Polynésie. Dans le cadre des mouvements sociaux qui agitent la Polynésie française, il s'est exprimé à propos du dialogue social.

"La grève c'est définitivement l'option la plus mauvaise qui soit, c'est le recourt perdant-perdant. D'un côté on a des grévistes, des pères et des mères de famille qui ne sont pas payés et de l'autre des chefs d'entreprise qui comptent les pertes. (...) Cette méthode est, on le considère ainsi au Medef, d'un autre temps."

Mais comment changer les conditions de la négociation au sein de l'entreprise ? "Le président a appelé à la modernisation du code du travail. (...) Cela fait partie des reflexions, il faudrait redéfinir et se mettre d'accord sur les missions, compétences, moyens de la Direction du travail."

"C'est la valeur travail qui est en jeu."

Concernant le paiement des jours de grève : "Il n'y a pas de sujets là. Ce n'est pas possible de payer les jours de grève pour des raisons juridiques, économiques, morales. Payer quelqu'un qui n'a pas travaillé c'est expliquer à ceux qui ont travaillé qu'ils sont payés sans raison. C'est la valeur travail qui est en jeu."

En 10 ans, il y a eu plus d'emplois détruits que créés. "Notre déficit d'emplois, fin 2019, était de l'ordre de 15 à 20 000. C'est une catastrophe pour notre jeunesse, pour nos famille, pour notre CPS."