Climat : la conscience écologique en marche

politique polynésie française
marche pour climat
Une centaine de gens ont marché dans les rues de la capitale en faveur des mesures à prendre pour le climat. ©Polynésie la 1ère
C'est une revendication sensible chez les jeunes, le climat et les menaces de son changement supplantent l'ancienne lutte des classes.Tous les candidats, avec plus ou moins d'intensité, ont placé le thème dans leur programme. Ce samedi, les militants associatifs ont manifesté à Papeete au nom de cette urgence.

 C’est armés de leur pinceaux et de leurs pancartes en carton que Marie-Laure et une centaine de personnes sont venues marcher ce samedi pour le climat. Marie-Laure « Notre empreinte carbone n’est pas si nulle que ça, on est à 10 tonnes en PF et en France ils sont à 11 tonnes /an/habitant, tout ça à cause de nos transports, nos produits importés, tout ce qui vient de l'extérieur", clame Marie-Laure. Pour Willy, "il faut bouger, changer nos habitudes. C’est des choses simples : covoiturage, transport en commun, manger plus sainement et c’est bon pour la santé aussi. Je pense qu’il y a du changement à avoir ! »  

Jason Man Sang est un militant écologiste. Pour lui, le climat doit revenir au cœur du débat notamment à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle. "On marche pour le climat avec des revendications pour accéder à nos stratégies sur le changement climatique. En terme d’atténuation on est en retard et très loin du compte, et en terme d’adaptation on est en retard et très loin du compte. Et pour amener ces questions-là sur la place publique, il serait suicidaire d’élire un président qui ne prend pas en compte les crises écologiques et ils sont beaucoup de candidats à ne pas les prendre en compte aussi". 

marche climat
Jason Man Sang, le chantre d'une autre politique écologique. ©Polynésie la 1ère

 

Du côté du Rassemblement national au fenua, la question des enjeux climatiques est une priorité du programme. Selon Eric Minardi, représentant du Rassemblement national et soutien de Marine Le Pen, "nous avons travaillé sur toute la partie écologique et le système que nous voulons mettre en place c’est l’hydrogène. L’hydrogène par la biomasse et d’autre part, l’énergie thermique des mers. Ce qui permettrait d’avoir en PF une énergie beaucoup moins coûteuse et d’être en partie autonomes. »  

Même constat du côté de la République en marche, Emmanuel Macron a déjà entamé de grands travaux en faveur de l’écologie.   ITW "Il a mis en place un fonds de transition énergétique spécifique à la Polynésie pour un montant de 8 milliards, pour amorcer une vraie transition énergétique sur les énergies renouvelables, le solaire, l'énergie marine", remarque Tepuaraurii Teriitahi, représentante de La République en Marche et soutien d'Emmanuel Macron.

Enjeu national et même mondial, le changement climatique reste un sujet incontournable dans la campagne.