Convention de coopération scientifique entre la Polynésie et le CNRS

sciences polynésie française
Convention de coopération scientifique entre la Polynésie et le CNRS
©Présidence
Edouard Fritch et le directeur du CNRS (Centre national de recherche scientifique), Antoine Petit, ont signé, ce jeudi matin une convention de coopération scientifique entre la Polynésie française et le CNRS.

"La convention porte pour une période de 5 ans et précise les objectifs communs, les priorités thématiques, les domaines ainsi que les conditions générales de cette coopération entre la Polynésie française et le CNRS.

La Polynésie française fait face à d’importants enjeux environnementaux, socio-économiques, culturels et géopolitiques. Le rôle de la recherche, est de permettre une compréhension fine de ces enjeux et d’aider à apporter des solutions, via notamment une approche scientifique résolument pluridisciplinaire avec le développement de technologies innovantes.

Le CNRS, organisme pluridisciplinaire de recherche, offre, de par son statut d’établissement public national présent sur tous les territoires et de son ouverture internationale, un accès à des dispositifs et à des compétences scientifiques et technologiques de haut niveau. Ce fleuron de la recherche française est particulièrement impliqué en Polynésie française notamment à travers la Maison des Sciences de l’Homme du Pacifique et grâce à la station de recherche du CRIOBE à Moorea, véritable « base avancée » du CNRS dans le Pacifique.

Collaborations mondiales

 

La Polynésie française offre à la recherche française un positionnement international exceptionnel qui doit l’aider à se positionner au plus haut niveau international sur de nombreux sujets clés pour la planète. C’est une porte ouverte vers de grandes collaborations européennes et internationales.

Les différentes missions du CNRS sont notamment d’identifier, effectuer ou faire effectuer, seul ou avec ses partenaires, toutes recherches présentant un intérêt pour l'avancement des connaissances ainsi que pour le progrès économique, social et culturel de la France, de contribuer à la valorisation des résultats de ces recherches, d’apporter son concours à la formation à la recherche et par la recherche, et de participer à l’analyse de la conjoncture scientifique nationale et internationale et de ses perspectives d'évolution en vue de l'élaboration de la politique nationale dans ce domaine."

Les membres présents

Le vice-président, ministre en charge de la Rcherche, Tearii Te Moana Alpha, la déléguée à la Recherche, Tea Frogier, la directrice adjointe scientifique de l’Institut écologie et environnement (INEE) en charge du développement durable et de la cellule « eau » du CNRS, Agathe Euzen, la directrice adjointe scientifique de l’INEE en charge des infrastructures et stations expérimentales, Dominique Joly, la directrice du CRIOBE et ingénieure de recherche au CNRS, Annaïg Le Guen, le directeur de recherche CNRS au CRIOBE, Serge Planes, et Eric Conte, professeur à l’université de la Polynésie française, étaient également présents notamment lors de la signature de cette convention.