Joseph, stagiaire à l'ENAP, et futur surveillant pénitentiaire

administration polynésie française
Joseph futur surveillant prison
Actuellement, Joseph suit le stage théorique à l'Enap implantée à Agen. ©Polynésie la 1ère
L'administration pénitentiaire attire de plus en plus de personnels ultra-marins. La 211e promotion en compte 38 %, et 83 d'entre eux arrivent de Nouvelle-Calédonie pour se former à l'Ecole nationale de l'administration pénitentiaire d'Agen. Parmi eux, des Polynésiens installés à Nouméa, dont Joseph qui tente l'aventure.

Joseph, originaire de Paea, a réussi le concours de surveillant pénitentiaire. Avec 82 autres stagiaires ultra-marins du Pacifique, il suit une formation à l'ENAP, école nationale de administration pénitentiaire. "Comme j'ai toujours voulu porter l'uniforme, gendarmerie, police...c'est ce qui m'a poussé à passer les concours", raconte le jeune homme.

Joseph futur surveillant de prison
Les stagiaires originaires du Pacifique avec l'un des piliers du XV du Pacifique, l'équipe de rugby militaire des ultra-marins. ©Polynésie la 1ère

A l'ENAP, tous reçoivent les bases de l'administration pénitentiaire. 6 mois de théorie à Agen, et la pratique à travers des stages en établissements pénitentiaires en métropole, comme les Baumettes ou Fleury-Mérogis.

"Qu'est-ce qui fait que des personnes venant d'aussi loin puissent passer le concours de surveillant ? En fait, ils trouvent une opportunité d'une part de trouver du travail et d'autre part, de servir la France notamment via l'uniforme et les missions de sécurité", explique Laurent Gras, socio-démographe à l'ENAP.

Aller vers l'autre, penser aux détenus, Joseph s'inscrit dans un humanisme qui le grandit. Même s'il est loin du fenua, il sait qu'il peut compter sur les autres membres de sa promotion, comme lui originaires du Pacifique.

Joseph futur surveillant prison
Les Ultra-marins de la 211e promotion. ©Outremer la 1ère

Joseph reconnaît qu'au début, il n'avait pas la vocation. Mais au fur et à mesure de l'apprentissage, elle vient nécessairement. "On a envie de tout découvrir dans l'administration pénitentiaire", précise-t-il.

©polynesie