L'écloserie de nacres à Fakarava tourne au ralenti avec la crise sanitaire

perliculture polynésie française
écloserie nacres Fakarava
A cause de la crise sanitaire, l'écloserie de nacres de Fakarava n'a plus de débouchés. ©Polynésie la 1ère
A Fakarava, se trouve la 1ere écloserie de nacres du fenua. Une révolution dans le secteur perlicole . qui a permis à plusieurs professionnels de rebooster leurs récoltes. Mais avec la crise sanitaire, les ventes se sont arrêtées net. Résultat : les propriétaires de l'écloserie se retrouvent avec des millions de nacres sur les bras.

Anna est ingénieure en agronomie. Depuis 2016, elle est à la tête de la seule écloserie de nacres au fenua, un univers dans lequel elle baigne depuis sa plus tendre enfance. 

Après plusieurs années d'études, elle décide d'ouvrir un laboratoire, et ça tombe bien, car la demande est là. Du coup, ses parents investissent et Anna réalise par la même occasion leur rêve. Les premiers résultats sont plutôt encourageants.

écloserie nacres Fakarava
Anna présente les bébés huîtres. ©Polynésie la 1ère

"Au début, on a commencé avec 20 000 nacres; puis 600 000, et enfin 1,5 million d'un coup. Donc, en élevage dans les concessions, j'ai 1,5 million de nacres de taille greffable", explique la jeune femme.

Sa méthode de travail est minutieuse. "C'est comme les bébés, ça mange, ça défèque, donc tous les jours je dois les laver et je les nourris toutes les 3 heures quasiment. Parfois c'est même la nuit quand elles sont encore de petites larves", précise Anna.

écloserie Fakarava
Anna se retrouve avec 1,5 million de nacres que les perliculteurs avaient commandées sans pouvoir les acheter ! ©Polynésie la 1ère

Les commandes se sont enchaînées jusqu'au moment où la crise sanitaire est arrivée : "les 1,5 millions de nacres devaient être vendues aux perliculteurs qui les avaient commandées, mais avec la crise du covid, ils ont été en difficulté, et ont tous annulé leurs achats de nacres. Donc je me suis retrouvée avec tous les petits naissains sur les bras et depuis 2 ans je les élève à ma charge", avoue avec regret Anna.

Des nacres qui évoluent aujourd'hui sur une surface maritime de 120 hectares. "Elles sont toutes de taille greffable, elles font 11 cm et présentent de belles couleurs, aucune n'est malade, les collecteurs sont super propres naturellement dans le lagon", détaille cette ingénieure.

écloserie Fakarava
Faute de pouvoir vendre ses nacres, Anna les greffe et produit de jolies perles. ©Polynésie la 1ère

Conséquence : Anna s'est reconvertie à la greffe pour ne pas gâcher sa production. Elle a réussi à produire des perles noires et colorées, et le résultat est magnifique.

Aujourd'hui, elle fournit les 6 fermes perlicoles de Fakarava et d'autres îles aux Tuamotu, mais cela ne suffit pas à écouler le stock.