L'hôtel Tahiti ia ora Beach resort toujours fermé et en vente

tourisme polynésie française
'hôtel Tahiti ia ora Beach resort
©Polynésie la 1ère

Les salariés de l’hôtel Tahiti ia ora Beach Resort sont-ils abandonnés ? Fermé depuis mars 2020, l’établissement n’a pas rouvert avec les vols internationaux. Il serait aujourd’hui en vente et ses 118 employés dans l’expectative.

L’hôtel Tahiti ia ora Beach Resort, ex-Méridien, est fermé depuis le mois de mars 2020 et le premier confinement en Polynésie. Il est le seul hôtel de l’île à rester fermé malgré la reprise des vols internationaux.

Des grilles sont toujours disposées à l’entrée et sa réouverture plusieurs fois annoncée, décalée. Aujourd’hui, l’établissement est en vente, comme le Sofitel Motu Private Island et le Sofitel Marara de Bora Bora, tous propriétés de l’homme d’affaires samoan, Frederick Grey.

Géré depuis 2 ans par le groupe Accor, l’hôtel emploie 118 salariés. Aujourd’hui, ces derniers n’ont aucune information quant à leur avenir et préfèrent ne pas s’exprimer. Ils bénéficient tous du dispositif du Pays, Dièse, qui leur garantit un revenu minimum, pour, notamment, entretenir le bâtiment et le parc deux jours par mois.

Quant à l’utilisation de ces aides publiques, le ministère du travail nous explique par téléphone que « couper l’herbe et entretenir le bâtiment, pour nous, c’est un maintien d'activité, même s'il n'y a plus de public. Le Dièse permet de pallier le licenciement économique et dans le cas de cet hôtel, c’est bien le cas. »

Certains employés ont pu trouver un autre emploi ailleurs.

Mais pour Atonia Teriinohorai, du syndicat O oe to oe rima « il faudrait discuter sur un éventuel licenciement économique, plus favorable pour les salariés. On ne peut pas rester comme ça. On a jusqu’au mois de mars pour le Dièse et après, c’est fini. […] Ils [les propriétaires ndlr] profitent du Covid pour dire qu’il n’y a plus de clients qui viennent, c’est vrai, mais après, il y quand même des salariés qui ont œuvré depuis des années. »

Selon nos informations, l’hôtel enregistrerait plus de 300 millions Fcp de déficit. Mais un groupe hôtelier basé à Honolulu serait sur les rangs pour le racheter, sans que rien ne soit pour l’heure finalisé.

Les bungalows sur pilotis avaient été rénovés en 2019.

Sollicité à plusieurs reprises, le propriétaire, Frederick Grey nous a fait savoir par son avocate en Nouvelle-Zélande qu'il s'exprimerait bientôt .

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live