polynésie
info locale

Rencontre avec le doyen de la Hawaiki nui 2015

hawaiki nui tahiti
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015.
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015. ©Suliane Favennec, Polynésie 1ère
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015. président du club Faa’a Va’a, le matahiapo de 72 ans rame aux côtés de ses co-équipiers sans complexe. Rencontre avec une force de la nature.
Il est le rameur le plus âgé de cette Hawaiki Nui. Tavi Pirifonia a 72 ans et encore la force de ramer comme un jeune loup. A la tête du club Faa’a Va’a depuis sa création en 2000, l’homme est le peperu de son équipe. Il n’a jamais lâché ses rameurs depuis leur première participation à la Hawaiki Nui en 2007.
En réalité, parcourir 126 km n’a jamais vraiment fait peur à cette force de la nature « C’est dans la tête que ça se passe. A partir de 50 ans, c'est plus difficile physiquement, il faut donc avoir un mental de fer », confie l’homme qui a vu deux fois le cardiologue avant de venir, un précieux sésame pour participer à la course. Ce physique et ce mental de aito, le matahiapo l’a aussi acquis au fil des courses de va’a tout au long de sa carrière.
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015. Président du club Faa’a Va’a, le matahiapo de 72 ans rame aux côtés de ses co-équipiers. ©Suliane Favennec, Polynésie 1ère
Tavi Pirifonia a donné ses premiers coups de rame au début des années 70 avant de concourir au sein du club Piroguiers Faa’a, sous un autre nom à l’époque, lors de la première Hawaiki Nui en 1992. Par la suite, son club remportera cinq fois la Hawaiki Nui et deux fois la Molokai Hoe.

Tavi Pirifonia a d’abord été faaoro avant d’être peperu, poste qu'il occupe depuis peu. En plus de 40 ans de va’a, l’homme a vu la pratique évoluer. « Nos coups de rames étaient beaucoup plus lents, le coup de pagaie n’était pas le même. Aujourd’hui, les rameurs sont plus techniques et avancent plus vite ».

Même si Papi Tavi n’a pas la même forme que ses co-équipiers, l’homme a l’avantage de l’expérience. Son atout principal : savoir tenir un cap. Il connaît par cœur les trois caps à tenir pour la première étape, comme ceux des deux autres étapes d’ailleurs. « J’ai un avantage, aux jeunes maintenant de m’écouter et d’apprendre ! », confie l’homme qui souhaite laisser un peu la main à son mootua, Tahuaroa.
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015 2
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015. Président du club Faa’a Va’a, le matahiapo a aujourd'hui 72 ans, et se charge de former la relève. ©Suliane Favennec, Polynésie 1ère

Le jeune homme a 22 ans. Il rame depuis l’enfance. C’est son grand-père qui lui a tout appris.  « Je l’admire, c’est un exemple pour nous ». Tahuaroa a repris la rame il y a deux ans, après un petit break. « Mon papi commence tout de même à s’affaiblir, il faut qu’on assure la relève. Il faut qu’il partage son expérience et son savoir, que cela perdure », confie le jeune homme qui a vraiment pris la décision de reprendre le va’a lorsqu’il a vu son grand-père ramer à la TV, en 2013. « J’étais impressionné, ça m’a ému. Je me suis dit si lui peut le faire, nous aussi ! ». Tahuaroa s’est donc lancé et depuis lors son grand-père le forme comme peperu.
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015
Tavi Pirifonia est le doyen de cette Hawaiki Nui 2015. Président du club Faa’a Va’a, le matahiapo de 72 ans rame aux côtés de ses co-équipiers. ©Polynésie 1ère, Suliane Favennec
Durant certaines courses, Papi Tavi lui a parfois laissé la place de barreur et s’est mis juste devant pour le guider. Mais, il ne le fait pas tout le temps. En ce lundi 2 novembre, à deux jours du départ, Papi Tavi souhaite garder sa place de peperu.

Après la pesée du va’a du matin, les rameurs se sont mis à l’eau histoire de tester un peu la pirogue qui a été démontée pour les besoins de la pesée, puis remontée. « Cette année, on veut remonter au classement. On veut passer du top 30 au top 20 », s’exclame le matahiapo convaincu qu’avec le temps son équipe deviendra grande. « Haere maru haere papu ! » lance-t-il avant de partir ramer.
Tavi Pirifonia et ses coéquipiers sur la pirogue Faa’a Va’a
Tavi Pirifonia et ses coéquipiers sur la pirogue Faa’a Va’a ©Suliane Favennec, Polynésie 1ère
Retrouvez tous nos articles liés à l'événement sur notre espace spécial​ Hawaiki nui : http://polynesie.la1ere.fr/hawaiki-nui
Publicité