Réouverture des liaisons internationales : le confinement pour tous

edouard fritch tahiti
aéroport/touristes
©Polynésie la 1ère
A partir du 1er Juillet le ciel polynésien s’ouvrira à l’international. Le  confinement sera de rigueur pour tout le monde. Un confinement qui pourra se faire à domicile ou dans les hôtels mais avec des sanctions très sévères en cas de non-respect.

 
Les vols internationaux reprendront le 1er Juillet. C’est une des mesures annoncées par le président et le haut-commissaire mercredi 20 mai. 
 

La quatorzaine pour tous


L’inquiétude est grande dans la population de voire revenir le coronavirus. Mercredi soir, sur l’antenne de Polynésie la1ère, le président du pays Edouard Fritch a été très clair : les prochains arrivants devront respecter la quatorzaine jusqu’à nouvel ordre.

Nous sommes soucieux avec l’Etat de confiner les personnes qui rentrent sur le territoire - Edouard Fritch, président de la Polynésie française

 

3000 nouveaux arrivants en juillet


En Juillet ce sont potentiellement près de 3000 personnes qui pourraient arriver au fenua. Des fonctionnaires, des résidents et peut-être quelques touristes. Comment confiner tous ces gens alors que les possibilités d’hébergement du pays sont actuellement de 800 places. Pour Edouard Fritch tous ces gens n’arriveront pas en même temps sur le même vol.

Les touristes seront confinés dans leur hôtel […] ces personnes subiront les mêmes règles de confinement - Edouard Fritch, président de la Polynésie française

 

Une organisation sera mise en place pour protéger les personnels de ces hôtels.
 

Amende de 1,7 million cfp


Pour autant le conseil d’Etat a donné la possibilité à chacun de choisir son lieu de confinement. Pour ceux qui le feront à domicile ils devront être isolés au sein de leur maison pour ne pas contaminer leur entourage. Ce sera un confinement sous contrôle avec de très fortes sanctions pour les contrevenants.

Nous avons proposé une sanction de 1, 7 million de francs pour ceux qui ne respecteraient pas le confinement - Edouard Fritch, président de la Polynésie française

 

« Il n’y aura pas de deuxième vague »

Le président a affirmé qu’il ne fallait pas craindre de seconde vague d’épidémie en Polynésie. Il estime que le pays sait aujourd’hui s’organiser pour contre la menace.

Il nous faut trouver un juste équilibre entre la relance de l’économie tout en protégeant nos populations - Edouard Fritch, président de la Polynésie française


Retrouvez l’intervention d’Edouard Fritch, interrogé par Shiquita Teiva-Darrouzes :
©polynesie

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live