polynésie
info locale

Retour en force des infections sexuellement transmissibles

santé tahiti
Syphilis
Le cas de syphilis a doublé en Polynésie depuis 2014. Parfois, des victimes mineures abusées sexuellement ont contracté des infections ©AFP
Les infections sexuellement transmissibles flambent, la syphilis en tête. Depuis le début de l'année, 200 cas ont été détectés à l'hôpital du Taaone. Désormais, des cas de syphilis congénitales sont diagnostiqués chez le nouveau-né, pouvant entraîner une mort foetale ou des malformations.
Les autorités sanitaires tirent la sonnette d'alarme. Sur les neuf premiers mois de l'année, 200 nouveaux cas de syphilis ont été détectés à l'hôpital du Taaone. Mais également des Chlamydia, Gonococcie, Hépatite B, etc. Autant d'infections sexuellement tnrasmissibles qui avaient quasiment disparu du territoire.

Les IST (infections sexuellement transmissibles) se transmettent par voie sexuelle et certaines peuvent être transmises de la mère à l'enfant lors de la grossesse, de l'accouchement ou de l'allaitement. Des cas de syphilis congénitales ont été ainsi recensés chez le nouveau-né, pouvant entraîner une mort foetale, des infections cutanées ou des malformations. C'est un pédiatre de l'hôpital du Taaone qui a donné l'alerte. Une situation qui n'avait plus été vue depuis plus de vingt ans.
Près de 1000 femmes enceintes ont été diagnostiquées porteuses d'une IST depuis le début de l'année 2016, à l'hôpital du Taaone. Surtout chez les moins de 25 ans. Sûrement la partie visible de l'iceberg.
Des cas ont également été rapportés dans les îles éloignées, comme Rapa, Tubuai ou encore les Tuamotu-Gambier.

Les IST favorisent la transmission du VIH (virus responsable du sida). Non traitées, elle peuvent entraîner des séquelles telles que la stérilité, des inflammations génitales chroniques ou des cancers. Elles sont souvent asymptomatiques.
La meilleure protection reste l'utilisation du préservatif. 46% des prositué(e)s ont été dépisté(e)s positif(-ve)s à la syphilis.

Devant cette urgence sanitaire, le Pays s'apprête à lancer une vaste campagne de prévention combinant éducation à la sexualité, promotion du préservatif et dépistage des IST.
Le dépistage est anonyme et gratuit.
Retour en force des infections sexuellement transmissibles

Reportage de Heipua Teuira-Van Bastolaer :

syphilis

IST en Polynésie 2014-2016
Create line charts

 

Publicité