Takaroa : la goélette, le seul lien entre les îles

transports tuamotu-gambier
Mareva Nui / Goélette Tuamotu / Takaroa
©Polynésie la 1ère

Un bateau nommé désir... C'est un peu le cas depuis deux mois du Mareva Nui. Les atolls autour de Takaroa sont seulement visités par cette embarcation. En principe, une autre goélette passe aussi mais pas en ce moment. Ce lien avec l'extérieur n'en est plus que fragile... Reportage. 

Après deux mois sans approvisionnement en gaz, hydrocarbures et denrées alimentaires, le Mareva Nui accoste sur le quai de Takaroa. Un ravitaillement attendu par plus de 700 personnes. Sur l'atoll, on compte quatre magasins, tous dépendent des deux goélettes qui passent dans le coin : le Mareva Nui et le Maris Stella. Alors, l'arrivée de l'embarcation sonne comme une délivrance pour toute une communauté. 

"C'est très important pour la vie aux Tuamotu. Nous avons attendu un peu plus d'un mois, il vient d'arriver avec à bord de l'eau, de l'essence, du gasoil et de la nourriture surtout", confie soulagée Alavarez,une habitante de l'atoll. "Sans ce bateau, aucune vie n'est possible dans les Tuamotu, surtout pour tout ce qui est produits de première nécessité. De quoi vivre convenablement", affime de son côté Tepeva Punaa.

L'avarie moteur subie par le Marie Stella a quelque peu bousculé le cadre de vie non chalant des habitants. Difficile pour eux de tenir tout le mois, faute de stocks. Il faut donc se réorganiser autrement et prévoir sur du plus long terme. "Le problème est que si cela continue comme ça et que nous restons à une desserte mensuelle, dès qu'il arrive ici à Takaroa, il n'y a plus rien sur le bateau, ni de nourritures ni de carburants. C'est pour cela que nous avons demandé à un moment donné un troisième navire pour desservir les Tuamotu comme ça si l'un des deux navires qui dessert déjà notre archipel a un souci, nous ne serons pas en manque", argumente Samuel Temahaga, habitant de l'île.