réunion
info locale

Francis Collomp toujours retenu au Nigéria

monde
Francis Collomp
Francis Collomp, l'ingénieur enlevé au Nigéria, en compagnie de son épouse et de l'une des soeur d'Anne-Marie. ©D.R
Francis Collomp est en vie selon une communication du ministère des affaires étrangères. L'épouse et la belle-soeur, de l'ingénieur enlevé le 20 décembre au Nigéria, attendent tous les jours des nouvelles du Quai-d'Orsay. Au Port l'annonce de l'exécution de sept otages a attisé l'inquiétude. 
"Francis est toujours vivant", Gilda Marbois, soeur de l'épouse de Francis Collomp confirme la nouvelle du Quai-d'Orsay.
L'annonce, de l'exécution de sept personnes retenues par le groupe Ansaru (les mêmes qui retiennent Francis Collomp), a eu l'effet d'une bombe dans sa famille à la Réunion. "Dimanche un représentant du ministère des affaires étrangères nous a téléphoné. Il nous a affirmé que Francis est toujours en vie. En revanche cette situation est en train de tuer ma soeur à petit feu. Combien de temps allons nous attendre encore comme ça ? D'un côté, ils nous rassure en nous expliquant que Francis est une monnaie d'échange et de l'autre ils nous apprennent qu'il n'a toujours pas eu ses médicaments. Il a subi un triple pontage coronarien. Il doit prendre ses médicaments tous les jours", souligne Gilda Marbois dans un souffle. 

L'inqiuétude au fil des jours

Les voix de Anne-Marie Collomp et de sa soeur son fatiguées. Voilà maintenant bientôt trois mois que les deux femmes se battent tous les jours pour que l'on n'oublie pas Francis Collomp. Cet ingénieur de 63 ans était en mission au Nigéria au moment de son rapt. Il se rendait régulièrement en Afrique où il travaillait sur l'alimentation en eau et en énergie renouvelable des villages éloignés des mégapoles.
Depuis le 20 décembre 2012, il serait retenu dans le nord du Nigéria par des fondamentalistes musulmans du groupe Ansaru.
Ce groupe, particulièrement violent, serait à l'origine de l'enlèvement des 7 français au Cameroun. Ils auraient, également, authentifié l'exécution de 7 otages en fin de semaine (quatre libanais, un britanique, un grec et un italien) en postant une vidéo sur internet.
D'où ces questions terrifiantes de Gina Marbois : "Francis était-il présent au moment où ils ont tué, les sept otages et comment vit-il cette captivité ? lui qui est malade". Une inquiétude légitime, renforcée par le silence.

Reportage de Dominique Maraval et Florence Bouchou