Assises : quatre accusés pour la course poursuite mortelle de Miel-Vert en janvier 2011

justice
Assises
©Réunion 1ère
Deux meurtres en appel et des viols au rôle de la cour d'assises de juillet. Mais aussi, mercredi et jeudi prochain les responsable de la course poursuite mortelle de Miel-Vert. Dans la nuit du 15 au 16 janvier 2011, Henri-Claude Lauret, 20 ans, était tombé du deuxième étage d’un immeuble.  
La cinquième session des assises de La Réunion s’ouvre ce lundi, par le procès en appel de Cyril Payet. L’homme âgé d’une cinquantaine d’année avait été condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour assassinat.
Le 24 mars 2009, l’accusé se rend, à la Rivière-Saint-Louis, chez son ex-concubine armé d’un fusil. Il ne supporte pas d’avoir été éconduit. Malgré son instance, la future victime lui demande de partir. Sans hésiter, il tire. La détonation est entendue par tous les voisins du quartier Curepipe. Il sera interpellé le lendemain par les gendarmes. Lors du premier procès, les jurés avaient découvert que Cyril Payet était violent et jaloux. Pour espérer une peine moins lourde, l’accusé ne devra pas se réfugier derrière un tir accidentel  comme en mars 2012.

Alcool et couteau
 
Lundi prochain, un autre drame de la séparation sera à nouveau jugé par la cour d’assises de La Réunion. Les faits remontent au 16 juillet 2010. Ce soir là, Ti-Camille rentre chez lui à La Bretagne passablement ivre. Une fois de plus, Marie-Anne Grondin, 39 ans, lui reproche d’avoir bu plus que de raison. Furieux, l’accusé, aujourd’hui âgé de 57 ans, saisit un couteau et frappe à dix reprises. Camille Buisson-de-Larichaudy avait été condamné à 25 ans de réclusion criminelle  le 20 avril 2012. Il a fait appel de ce jugement, mais compte tenu des faits et de sa personnalité, la peine pourrait être maintenue.
 
Accident ou crime ?
 
Le dernier dossier sera évoqué pour la première fois devant la cour d’assises de la Réunion. Quatre accusés dans le box dont un mineur. Dans la nuit du 15 au 16 janvier 2011, une bagarre dégénère au moment de la fermeture de la fête de Miel-Vert au Tampon. Le pugilat se transforme en course poursuite. Henri-Claude Lauret, 20 ans, tente de se réfugier dans les étages de la résidence Turquoise, mais rattrapé par ses poursuivants il fait une chute mortelle du deuxième étage.
Deux thèses s’opposent depuis le début de cette affaire qui avait défrayé la chronique : l’accident et le meurtre.
Pour la défense, pas de doute. La victime a glissé. Pour les parties civiles, Henri-Claude Lauret est mort en voulant échapper à ses agresseurs. Deux lectures que devront trancher les jurés de cette session dites du mois de juillet. 
 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live