Coup de pompe dans les stations services. Elles ont baissé le rideau pour la journée

économie
grève dans les stations services
Petites et grandes stations services sont fermées pour la journée. Une grève de 24 heures pour protester contre le projet de réforme du ministre des Outre-mers. ©Fabrice Floch (Réunion 1ère)
Coup de semonce des gérants de stations services de La Réunion. Ils sont en grève pour la journée. Ils protestent contre le projet de décret de régularisation du prix des carburants à la pompe envisagé par le ministre des Outre-mer.
Petites et grandes stations services sont en grève pour la journée. Toutes suivent le mot d’ordre défini, ce mercredi 16 octobre 2013. Cette action vise à protester contre le décret voulu par le ministre des Outre-mer. Ils suspectent Victorin Lurel, qui arrive à La Réunion ce jeudi, de vouloir baisser leurs marges en réglementant les prix à la pompe. Gérard Lebon, président des exploitants de stations services estime : « Nous voulons rappeler à Monsieur Lurel ses engagements. En juin à Paris quand il nous avait reçus, il avait signalé qu’il privilégiait le dialogue. Depuis nous n’avons plus de nouvelles. Nous sommes inquiets. Nous estimons que 4000 emplois sont en danger, si la réforme gouvernementale passe. Les petites stations fermeront ».     
 
Lurel demande plus de transparence
 
Le ministre des Outre-mer conteste cette vision de son action. En juin dernier, il avait, en effet, reçu les représentants des gérants à Paris pour expliquer son objectif mais, une tribune libre, signée Victorin Lurel, publiée dans les journaux du groupe France-Antilles avait mis le feu au poudre. Il expliquait alors : « le secteur des carburants a dégagé un bénéfice net avant impôt d’environ 50 millions d’Euros avant impôt aux Antilles et de 40 millions d’Euros à la Réunion et à Mayotte, sans compter les bénéfices pour lesquels un chiffre précis ne pourrait être donné qu’en agrégeant des centaines de comptes ». Selon le ministre, cette réforme vise à protéger les plus petites stations, les emplois à la pompe et le porte monnaie des clients : « il n’est plus possible, devant chaque problème, d’avoir pour seul réflexe de demander aux consommateurs de payer ».
 
4 000 emplois à durée déterminée où indéterminée
 
Les gérants de station service se sont, donc, donnés rendez-vous devant la préfecture pour manifester contre la réforme envisagée. Les rideaux des stations services rouvriront, vendredi. Pour ce jeudi, les conducteurs imprévoyants vont devoir limiter leurs déplacements sous peine de rester en panne sur le bord de la route.
Reste une question sans réponse de la part des manifestants et de l’Etat. La menace sur les emplois évoquée par les patrons des stations concernent le service à la pompe. Ces emplois sont ils pérennes où sont ils occupés par des contrats précaires, bénéficiant eux-mêmes de subventions étatiques pour les jeunes, les plus de 50 ans, les chômeurs de longue durée, la réinsertion…   
Les Outre-mer en continu
Accéder au live