publicité

Miel vert : la plus grande ferme réunionnaise en chiffres

Une vingtaine de vaches, plus de trente moutons, autant de cabris mais impossible de compter les poules et leurs poussins. Miel vert c’est une grande ferme à visiter pour découvrir l’agriculture réunionnaise.

© Karen Nalem (Réunion 1ère
© Karen Nalem (Réunion 1ère
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le , mis à jour le
Pour dix jours, le 23ème kilomètre de La Plaine-Des-Cafres accueille, comme tous les ans, la foire agricole de Miel vert. Une trentième édition placée sous le signe du cheval. Si, seulement deux juments et leurs poulains sont exposées, en revanche, une cinquantaine de chevaux attendent les visiteurs sur le stade situé juste à côté. L’occasion pour les initiés de se payer une balade et pour les plus téméraires de s’offrir un baptême. Les amateurs peuvent également gagner leur premier tour à cheval dans les stands. 100 places sont mises en jeu quotidiennement.
 
Des milliers de poussins et de litres de lait
 
Le miel c’est bien, mais la découverte des animaux c’est fabuleux pour les enfants.
Outre la promotion de la viande pays, Miel vert c’est l’occasion de rencontrer les éleveurs de bovins, de moutons, de caprins ou de volailles.
Tous les jours, entre 2500 et 3000 poussins sont vendus à un euro. Des futurs caris dont les géniteurs sont exposés. Une manière comme une autre de saliver avant l’heure.

La Sicalait et la Cilam sont également de la fête. Depuis 15 ans, les deux grands fournisseurs de lait et de fromage « péï » tiennent un stand de vente de leurs produits, avec des verres de lait agrémentés de sirop de menthe, de grenadine pu de fraise. Ils écoulent en moyenne, 2000 litres de lait par jour.
 
Des tonnes de nourriture
 
Tous ces animaux doivent être nourris et entretenus. Huit futurs éleveurs se relaient toute la journée pour que les stars de la foire ne manquent de rien. « Bien sur, tout a été prévue en amont », confie le Jean-Yves Quinquis, le coordonateur de cet événement : « Nous avons stocké 12 à 15 tonnes de paille et de foin, 300 kilos de céréales pour les volailles et 5 à 600 kilos de granulés pour les bovins ainsi que la nourriture pour les deux truies, exposées avec leur dix porcelets. L’eau est essentielle dans un tel dispositif. Il faut leur fournir le précieux liquide en permanence. Cette année, nous n’avons pas de vache laitière ni de palmipèdes, peut-être en 2015 ».
Un peu de fraicheur, un peu de miel, quelques manèges, de quoi occuper une journée en cette période vacances scolaires.


Photos de Karen Nalem 

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play